•  

    Prix Senghor de poésie

     

    PRIX EUROPÉEN FRANCOPHONE DE

    POÉSIE

    LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

    2017

    Prix Senghor de poésie 2017

    Prix Senghor de poésie 2017

     

    Prix Senghor de poésie 2017

     

     

    Prix Senghor de poésie

    Prix Senghor de poésie

    MARIE  ÉTIENNE

    Marie Etienne a passé les 25 premières années de sa vie au Vietnam, en Côte d'Ivoire, en Allemagne, au Sénégal. Après avoir enseigné dans un lycée de Sologne, elle a travaillé dix ans avec Antoine Vitez, d¹abord au Théâtre des Quartiers d'Ivry, puis au Théâtre national de Chaillot, comme Secrétaire général, corollaire littéraire de l'Administrateur. A ce titre, elle avait la charge des Images et des Mots que produisait le théâtre, ainsi que des lectures de poésie. Elle est ensuite passée par l'édition de livres et de revues, dans le cadre de l'Education nationale.
    Rédactrice à La Quinzaine littéraire, de 1985 à 2015, elle fait actuellement partie de l’équipe du journal en ligne En attendant Nadeau, créé en janvier 2016 par les anciens collaborateurs de Maurice Nadeau, et s'attache désormais à écrire les nombreux livres dont elle a le projet.
    A la multiplicité des lieux de vies et des activités professionnelles, correspondent, presque naturellement, la variété des sujets abordés et des genres .
    Si Marie Etienne a vécu dans différents continents, travaillé, outre celui de l'enseignement et de l'édition, dans l'univers du théâtre et de la critique littéraire, elle a également souhaité s'exprimer en poète de son temps (sans oublier la beauté et l'efficacité des formes du passé), et en prosatrice attachée à témoigner et à préserver la mémoire de ce et ceux qu'elle a connus.

     

     

    Bibliographie :
     

    Poésies :
    – La Longe, Paris : Temps actuels, « La Petite Sirène », 1981
    – Lettres d'Idumée, précédées de Péage, Paris : Seghers, « Poésie 82 », 1982
    – Le Sang du guetteur, Arles : Actes sud, 1985 Katana, dessins de Sandra Monciardini, Paris : Scandéditions, « lumière ouverte », 1993 [Traduction en cours de Anne Talvaz]
    – Anatolie, Paris : Flammarion, « Poésie », 1997, Prix Mallarmé
    – Roi des cent cavaliers, Flammarion, « Poésie », 2002 / King of a Hundred Horsemen, traduction de Marilyn Hacker (Robert Fagles Prize for translation),
    – New York : Farrar, Straus & Giroux, 2008
    – Dormans, Flammarion, « Poésie », 2006
    – Haute Lice, Corti, 2011, Prix Paul Verlaine de l’Académie française.
    – Le Livre des Recels, Flammarion, « Poésie », 2011 - Prix Paul Verlaine de l’Académie française.
    – Cheval d’octobre, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2015

    Anthologies :
     

    – Poésies des lointains, Arles : Actes sud, 1995
    – Cent ans passent comme un jour, 56 poètes pour Aragon, Creil : Dumerchez, 1997

    Prose :
    – Éloge de la rupture, pointe sèche de Christian Rosset, Plombières-lès-Dijon: Ulysse fin de siècle / Virgile, 1991
    – La Face et le lointain, Moulins : Ipomée, « Tadorne », 1986
    – Les Passants intérieurs, Plombières-lès-Dijon : Virgile, 2004
    – Les Soupirants, Plombières-lès-Dijon : Virgile, 2005
    – Haute Lice, Paris : José Corti, 2011

    Récits, Chroniques :
     

    – Clémence, Paris : Balland, 1999
    – Antoine Vitez, le roman du théâtre, 1978-1982, Paris : Balland, 2000
    – L'Inconnue de la Loire, Paris : La Table ronde, 2004
    – L'Enfant et le Soldat, Paris : La Table ronde, 2006 (nouvelle version de Sensò, la guerre, paru chez Balland en 2002) [Traduction en cours de Dawn M. Cornelio]
    – Les Yeux fermés (Les Variations Bergman), Paris : José Corti, « En lisant en écrivant », 2011
    Nombreuses publications dans des anthologies et des revues en France, à l'étranger : Allemagne, Argentine, Australie, Canada, Etats-Unis, Italie, Japon, Liban, Nouvelle-Zélande, Pérou, Russie, Vietnam, Yougoslavie... 

     

     

     


  •  

    Prix Dante 2013

     PRIX  EUROPÉEN  FRANCOPHONE de traduction
    OVIDE  2017

    (auteur étranger traduit en français)

     Prix Botticelli  2013

     

     

    Prix OVIDE

     Ovide (Publius Ovidius Naso), naquit à Sulmone, dans l'Abruzze citérieure, le 13 des calendes d'avril, ou le 20 mars de l'an 711 de Rome, 45 ans avant l'ère chrétienne. Le surnom de Naso qu'il hérita de sa famille avait, dit-on, été donné à un de ses aïeux, à cause de la proéminence de son nez, comme celui de Cirero, illustré par le grand orateur de ce nom, lui était venu de l'un de ses pères, remarquable aussi par une petite excroissance placée à l'extrémité du nez, et ressemblant à un pois chiche. Ovide fut élevé à Rome et y fréquenta les écoles des maîtres les plus célèbres, avec son frère Lucius, plus âgé que lui d'une année, et qui mourut à vingt ans. Un penchant irrésistible entraînait Ovide vers la poésie ; il consentit toutefois à étudier pour le barreau, pour obéir à l'expresse volonté de son père, qui appelait les vers une occupation stérile et Homère un indigent. Il promit de renoncer à la poésie, qui était déjà comme sa langue naturelle, et de n'écrire désormais qu'en prose ; il l'essaya : "Mais les mots, nous dit-il, venaient d'eux-mêmes se plier à la mesure et faisaient des vers de tout ce que j'écrivais." Une si impérieuse vocation, au lieu de désarmer son père, ne fit que l'irriter davantage ; et l'on prétend qu'il ne s'en tint pas toujours aux remontrances ; mais, poète en dépit de lui-même, Ovide, tandis qu'on le châtiait, demandait grâce dans la langue des muses, et c'était en vers qu'il s'engageait n'en plus faire.

      

    Prix Botticelli  2013

    Prix Ovide

     

     

    Prix Ovide

     

     

    Prix Ovide

    Prix Ovide

     ROCIO  DURÁN BARBA

    Juriste, journaliste, ambassadrice, poète, romancière, essayiste, artiste-peintre. 

    Née à Quito, en Équateur, Rocío Durán‑Barba se passionne très tôt pour les lettres, notamment la lecture, la poésie et la peinture. Elle décide dans un premier temps, de poursuivre des études universitaires dans le domaine du droit, et obtient auprès de l’Université Catholique de lÉquateur, une licence en Sciences Politiques et Sociales, un Doctorat en Droit, ainsi que son diplôme d’avocat.

    À l’étranger elle poursuit des études d’art auprès de la Finishing School Colorado Womens College à Denver aux États Unis, obtient un post‑doctorat en Sciences Internationales à l’Université de Vienne en Autriche où elle suit également des cours auprès de l’École Diplomatique et un Doctorat en Droit International auprès de l’Université de la Sorbonne à Paris.

     C’est à Paris qu’elle rencontre son mari et décide de s’installer. Depuis 1994 elle partage sa vie entre Paris, Genève et Quito. Elle possède les nationalités équatorienne et française.

     

    Carrière professionnelle :

     Après avoir été professeur à l’Université Catholique de Quito, consultante auprès du Département Légal de l’Unesco et Attachée Culturelle de l’Ambassade de l’Équateur auprès de l’Unesco, Rocío Durán‑Barba décide de se consacrer à sa grande passion : la culture.

    ‑Elle réalise à Paris plusieurs reportages vidéo pour la télévision équatorienne.

    ‑Elle écrit plus de 700 chroniques d’opinion pour le quotidien équatorien El Comercio (Quito) et le réseau Diarios de América.

    ‑Elle rédige des articles pour plusieurs revues : Correos del Arte (Madrid), Arte Hispano (Madrid), Libros Abiertos (Paris), Espacios Latinos (Lyon), Letras del Ecuador (Quito), Podium (Guayaquil), Iecaim (Quito), Revista del Servicio Exterior Ecuatoriano Afese (Quito)

    ‑Elle publie aussi des interviews exclusives avec le Président François Mitterrand, l’artiste Michael Jackson et le célèbre peintre colombien Luis Caballero.

    Rocío Durán‑Barba a été membre du Cercle de la Presse Française, du Cercle de la Presse de l’Equateur et de  El Comercio . Elle est membre du groupe de la Presse à Genève.

    Équatorienne et française, elle vit et travaille entre Paris, Genève et l’Équateur. Ses chroniques ont été publiées dans des journaux et des revues en Amérique Latine et en Europe. Elle a interviewé de nombreuses personnalités dont le Président François Mitterrand et a réalisé des documentaires pour la télévision. Elle a exposée son oeuvre artistique en Équateur, aux États-Unis et en France. L’une des plumes les plus remarquables dans l’univers actuel de la littérature latino-américaine (Claude Couffon). Elle est l’auteur de plus de quarante livres, qui ont obtenu de nombreuses distinctions et dont la plupart ont été traduits en français, certains en anglais, en arabe et en kabyle. Membre de plusieurs groupes de presse, de poésie et de salons littéraires, elle a participé à de multiples réunions et à des festivals internationaux où elle a présenté son oeuvre littéraire ainsi que des récitals poétiques musicaux autour de thèmes qui lui sont chers : l’identité, la recherche des racines historiques, les principes et les traditions des peuples, les valeurs culturelles, les profondes vérités du monde, de la vie

    Elle dirige une Fondation Culturelle (Équateur) et l’association Lettres en vol (Paris) Rocío Durán-Barba est Ambassadrice Universelle de la Culture, nommée par l’État de la Bolivie et l’Unesco en 2015.

     

    Parutions traduites en français et en autres langues étrangères :

     Romans :

     Ici ou nulle part, Indigo, 2003, traduit en français par Claude Couffon.

     Poésie :

    Paris, poème bleu, Porte des poètes, 2005, traduit en français par Claude Couffon. 

    Un voyage et rien dautre, El Conejo, 2006, traduit en français par Claude Couffon. 

    Née dans un cratère, El Conejo, 2007, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo et par Claude Couffon. 

    Quest-ce que le sacré ? Allpamanda, 2008, traduit en français par Claude Couffon, 

    traduit en anglais par Francesca Piana, traduit en arabe par Ahcene Mariche,

    traduit en kabile par Idir Bellali.

    Hymne à léternel printemps, Caractères, 2010, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Le verbe du désert, Allpamanda, 2011, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt,

    traduit en arabe par Ahcene Mariche, traduit en kabile par Idir Bellali.

    Délires dété, Allpamanda, 2013, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Entre le Sahara et les Andes, Allpamanda, 2013, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Les légendes de Cantuña, Allpamanda, 2016, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo.

    Livres d’art :

     Le verbe du désert, tirage numéroté, 2011, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

      L’univers de l’art équatorien, tirage numéroté, 2012, traduit en français par Martine Guichard.

    Essais :

    L’autre Pablo Neruda, Báez-Oquendo, 2004, traduit en français par Claude Couffon. 

    J’ai quelque chose à dire... 1968-2008, Allpamanda, 2008, traduit en français par Annie Cueva et Estelle Murray.

    L’univers de l’art équatorien, Allpamanda, 2012, traduit en français par Martine Guichard.

    Mini-contes d’écrivains de l’Équateur, Allpamanda, 2014, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo.

     

    Ouvrage(s) proposés; trois ouvrages parus en 2016:

    Équateur (roman, écrit directement en français),

    Regards croisés (peintres équatoriens et poètes français),

    Une voix me le dit (poésie).

     Carrière professionnelle :

    Après avoir été professeur à l’Université Catholique de Quito, consultante auprès du Département Légal de l’Unesco et Attachée Culturelle de l’Ambassade de l’Équateur auprès de l’Unesco, Rocío Durán‑Barba décide de se consacrer à sa grande passion : la culture.

    ‑Elle réalise à Paris plusieurs reportages vidéo pour la télévision équatorienne.

    ‑Elle écrit plus de 700 chroniques d’opinion pour le quotidien équatorien El Comercio (Quito) et le réseau Diarios de América.

    ‑Elle rédige des articles pour plusieurs revues : Correos del Arte (Madrid), Arte Hispano (Madrid), Libros Abiertos (Paris), Espacios Latinos (Lyon), Letras del Ecuador (Quito), Podium (Guayaquil), Iecaim (Quito), Revista del Servicio Exterior Ecuatoriano Afese (Quito)

    ‑Elle publie aussi des interviews exclusives avec le Président François Mitterrand, l’artiste Michael Jackson et le célèbre peintre colombien Luis Caballero.

    Rocío Durán‑Barba a été membre du Cercle de la Presse Française, du Cercle de la Presse de l’Equateur et de  El Comercio . Elle est membre du groupe de la Presse à Genève.

     

    Distinctions et prix :

     Femme de l’année 2013 avec distinction spéciale , (Équateur).

    La Médaille  Manuela Sáenz, Libertadora del Libertador, en el GradoInternacional de Primera Clase , la plus haute distinction décernée par l’Académie Bolivarienne d’Amérique qui l’a aussi nommée  membre académique .

     La Médaille de la Haute Assemblée  2014, décernée par le Sénat Français.

    La Médaille de Vermeil , décernée par la Société Académique  Arts-Sciences-Lettres  de Paris.

    La  Pomme d’or de la Red de Poetas de Buenos Aires, Argentine



     

     

     

     

     

     


  •   

    Prix  Horace 2013

    Prix européen de la Traduction 

    (du français vers une autre langue ou d'une autre langue vers le français)
    PRIX  HORACE  2017

    Prix Horace


    Horace (en latin Quintus Horatius Flaccus), né à Venosa dans le sud de l'Italie le 8 décembre 65 av. J.-C. et mort àTivoli le 27 novembre 8 av. J.-C., compte parmi les plus illustres poètes de tous les temps. Mais son œuvre, à double niveau d’écriture, fait aisément l’objet de malentendus et de contresens, comme en témoigne par exemple le détournement de la fameuse devise Carpe diem, ou de la non moins célèbre formule Aurea mediocritas (« juste milieu précieux comme l'or »), tirées respectivement des Odes, I, 11 et II, 10.

    "Avoir plu aux puissants n'est pas le plus haut mérite"
    "Les peintres et les poètes ont toujours eu le droit de tout oser"
    "Il en est tout un juste milieu..."

     Prix Botticelli  2013

    Prix Horace

     

    Prix Horace

     

     

    Prix Horace

     

     

    Prix Horace

     

    Prix Horace

    JAVIER DEL PRADO BIEZMAN

     

    Docteur en philologie. Professeur à l'Université. Maintenant professeur émérite
    Université Complutense de Madrid

    Docteur Honoris Causa par l'Université Michel de Montaigne. Bordeaux. France).
    Médaille d'or de l'Université Complutense.
    Professeur honoraire à l'Université Autonome de Madrid

    Professeur de Langue et Littératures françaises, Université Complutense de Madrid 

     Parutions : Langue, Littérature, Création, Poésie, Théorie Littéraire…


    Ouvrage(s) proposés :

    Léopold Sédar Senghor, Obra poética. Introducción de Lourdes Carriedo. Traducción y notas de Javier del Prado. Madrid, Cátedra, 1999, 489 pp
     

    Poesias completas,
    Arthur Rimbaud
    Editorial: Cátedra, 1996
    ISBN 10: 8437614651 / ISBN 13: 9788437614656.
     

    Poesía Completa
    Charles Baudelaire
    Edición bilingöe. Traducción de Javier del Prado y José A. Millán Alba. Espasa, Madrid, 2000. 1.527 páginas, 8.500 pesetas

     

     

     

     

     


  •   

    Prix Senghor de poésie 2013


    PRIX  EUROPÉEN  FRANCOPHONE 
      CHARLES  CARRÈRE 2017
    (pour un auteur ou poète d'Afrique noire)

    Prix Charles Carrère

    ancien secrétaire de Léopold Sédar Senghor et ami

    Prix Charles Carrère

     

     

    Prix Charles Carrère

     

    Prix Charles Carrère

     

    Prix Charles Carrère

     

     

    Prix Charles Carrère 

    Prix Charles Carrère

    Prix Charles Carrère

     BARNABÉ  LAYE

    Barnabé Laye est né le 11 Juin 1941 à Porto-Novo au Bénin. Études secondaires au Collège Père Aupiais à Cotonou. Études universitaires aux Facultés de Médecine de Bordeaux et de Paris. Médecin des Hôpitaux à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris. Il mène de front sa double vocation médicale et littéraire : « Je suis médecin de jour et écrivain la nuit. Je pense que les deux font bon ménage. Mais je dois avouer que c’est le médecin qui nourrit l’écrivain, qui l’entretient comme on entretient une danseuse… L’écrivain parfois fait des caprices, il n’est pas content, il rêve du jour où il aura son indépendance afin de pouvoir se consacrer uniquement à sa passion ».
    Barnabé Laye parle de la genèse de sa vocation littéraire : « Après avoir lu le roman du Sud-Africain Alan Paton, Pleure, ô pays bien-aimé, j’ai refermé le livre, complètement bouleversé, comme si je venais d’avoir une révélation… Je me suis dit : C’est cela qu’il faut faire, écrire dans une langue simple et dépouillée ; laisser la musique des mots épouser l’ardeur des sentiments ; traduire la fragilité des existences et la détresse au cœur de l’homme…J’avais quinze ans. Peu de temps après, j’ai dit à mon père que je voulais être écrivain. Il m’a répondu, un peu gêné : Mon fils, ce n’est pas un métier pour un Noir, ce n’est pas un métier pour nous. J’ai toujours obéi à mon père que je considère comme un des hommes les plus intelligents que j’ai jamais rencontré… Alors, j’ai choisi de devenir médecin comme mon oncle maternel que mon père admirait et citait en exemple. En lui annonçant mon choix, mon père me dit à l’oreille, comme une confidence : Et puis, ton oncle, lui, il change de voiture tous les deux ans et il est marié à la plus belle femme du pays !avant de s’en aller en riant dans sa barbiche. Par ailleurs, pour des raisons que je ne saurais expliquer, je trouvais que la médecine était un métier très…poétique. »
    Aujourd’hui, Barnabé Laye espère avoir conservé l’émerveillement de l’adolescent d’autrefois devant la beauté de la langue quand elle exprime notre désarroi mais aussi l’espérance chevillée au corps et l’irrépressible besoin d’amour, de justice et de vérité. André Maurois disait : « Ce qu’un écrivain peut apporter de nouveau, c’est une certaine façon de regarder la vie ». Le regard de Barnabé Laye, à travers tous ses livres, est un regard plein de compassion et de fraternité.

     

    Membre des Associations littéraires :

    Société des Gens de Lettres de France (SGDL)
    Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM)
    Société des Poètes Français (SPF)
    P.E.N. Club Français

     

    POÉSIE :
    Le crépuscule des métamorphoses, Éditions Acoria, 2014
    Par temps de doute et d’immobile silence, Éditions Acoria, 2013
    Une si longue attente, Éditions Acoria, 2010
    Poèmes à l’Absente, Éditions Acoria, 2010
    Requiem pour un pays assassiné, Éditions L’Harmattan, 1999
    Requiem for a murdered country (version bilingue Français/Anglais), Éditions L’Harmattan, 2008
    Requiem para un pais asesinado (version espagnole), Édicion Libros Del Aire – Fernando Saenz, Madrid, A paraître
    Comme un signe dans la nuit, Éditions L’Harmattan, 1986
    (Avec le concours du Centre National des Lettres)
    Les sentiers de liberté, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1986
    Nostalgie des jours qui passent, Silex Éditions, 1981
    Prix Émile Nelligan 2010 pour l’ensemble de l’œuvre poétique.
     
    ROMANS : 
    Une femme dans la lumière de l’aube, Éditions Seghers, 1988
    Mulher na luz da aurora (version brésilienne), Editora Movimento, Porto Alegre, Brasil, 2003
    Mangalor, Éditions Seghers, 1989
    (Grand Prix Littéraire des Hôpitaux de Paris, 1990)
    L’adieu au père, Éditions L’Harmattan, 1999
    Les champs de canne à sucre, à paraître
     
    ESSAIS :
    La cuisine africaine et antillaise. Tout un poème, Éditions Dagan, 2011
    Guide de la sagesse africaine, en collaboration avec Liliane Prévost, Éditions L’Harmattan, 1999
    La cuisine africaine et antillaise, Éditions Publisud, 1985
     
    OUVRAGES COLLECTIFS : 
    Dans ta détresse noire, in revue Mouvances.ca, 2011
    Foule illusion, in Nous la Multitude, Éditions Le temps des Cerises, 2011
    L’enfant de la lagune, in Paris littéraires, 2003
    Ce quartier qui est le mien, in Paris littéraires, 2002

     

     

     

     

     


  •  

    Prix Botticelli  2013

     Prix  européen du  Livre  d'ART

    BOTTICELLI   2017

     Prix Botticelli  2013

    De son vrai nom Sandro Di Mariano Filipepi, il fut dans son jeune âge batteur d'or (battigello en italien)
     chez les orfèvres, d'où son surnom de "Botticelli".
    Peintre Florentin de son état, Sandro Botticelli nous laisse un héritage artistique qui se distingue
     par son intense poésie et sa cohérence "musicale", qu'il s'agisse de l'Adoration des Mages
    ou encore de la Naissance de Vénus.

      Prix Botticelli  2013

    ce PRIX récompense chaque année un artiste européen
    ayant publié un LIVRE  d'ART de belle prestance et de belle qualité,
    présentant ses oeuvres créées :
    peinture, sculpture, photo,

    les catalogues d'exposition ou catalogue d'oeuvres  ne sont pas acceptés
    (ce Prix a été créé en l'an 2007)


    boticelli_04.jpg

    ligne-gif-001.gif
     

    Prix Botticelli 2014

    Prix Botticelli

     

    Prix Botticelli

     

     

     

     

      Prix  européen du  Livre  d'ART

    BOTTICELLI  2017

    Prix Botticelli

    Prix Botticelli

    AZIZA EL KADIRI 

    peintre * poète *  sociologue * enseignante

     

    AZIZA EL KADIRI est née à El JADIDA . Etudes secondaires au lycée Lalla AICHA, Baccalauréat économique au lycée Descartes, Elle partit en France entamer ses études où Elle obtint dans un premier temps un D.U.T en Publicité-Marketing.à Besançon. Elle fréquenta la Faculté des Lettres de Besançon où Elle décrocha la licence de Sociologie, puis la Maîtrise et le niveau de D.E.A à l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg.
    En 1982, de retour au pays, Elle fut affectée en tant que civiliste à l’E.N.S. En 1984, Elle intégra la direction des classes préparatoires du lycée Moulay Youssef. En 1993, Elle obtint du Ministère de l’Education Nationale, son détachement à la Gendarmerie Royale (E.M) en tant que Sociologue, au B.E.P.S ( Bureau d’Etudes Psycho-Sociologiques). Parallèlement, depuis 2004, Elle enseigne la Sociologie au C.I.S.S ( Centre d’Instruction des Services Sociaux) pour la Défense Nationale ( cours de perfectionnement ). 2011 : Peintre et galeriste à ses heures, Elle exposa cette année là, son œuvre intitulée « Pouvoir et Liberté », à NOBL’YS Gallery à Rabat.

    2013 : PRIX de PEINTURE décerné pat l’ACADEMIE EUROPEENNE DES ARTS de PARIS.
    Exposition Internationale de Peinture, Avril 2013. (40 exposants).

     

    Prix Botticelli

    C’est une peintre poétesse qui ne cesse de développer au fil des années la qualité de ses créations originales. Elle a poursuivi son itinéraire avec beaucoup d’exigence et de passion. Elle consacre tout son temps à l’exercice de l’acte pictural pour interpréter à sa manière les beautés et la luminosité des structures rayonnantes.
    Avec son savoir-faire, Lalla Aziza El Kadiri, peintre pétrie de qualités, articule une synergie de talents, arrivant à réaliser de belles merveilles, conçues avec doigté et adresse. Ce qui veut dire qu’on sent une certaine complicité entre la peintre et la toile, pour ne pas dire une communication réciproque…
    A travers ses œuvres imprégnées de mille couleurs, avec ses chevaux au galop, la peintre nous donne l’air d’une vraie cavalière qui connait parfaitement les différentes espèces du cheval, sauf le sien, qui reste égaré entre les toiles. N’a-t-on pas dit que le peintre ou la peintre peut voir ce que d’autres n’arrivent pas à percevoir ?
    Aziza EL Kadiri démontre une fois de plus de quoi un artiste est capable. Rien n’est laissé au hasard. Elle peint par amour. Elle peint également des vues attrayantes et splendides.
    Par le biais de sa palette magique, Aziza exprime la relation étroite bien marquée entre l’homme et le cheval. On voyait des cavaliers avec chevaux et d’autres sans cavaliers illustrés par la splendeur des couleurs. Mieux encore, cette même palette, de touche en touche semble bien dresser ces animaux…
    Aziza El Kadiri nous invite à pénétrer dans son monde intérieur. Un univers empreint d’onirisme et de sensation traduisant une indéniable passion pour la poésie, car, dans son parcours, nul doute que ces deux disciplines sont indissociables.
    Et le témoignage d’un artiste peintre, en l’occurrence Bertrand Mochon, est riche de tout commentaire : « Sous son pinceau, le trait se veut gracile et précis, lorsqu’il s’agit d’évoquer toute la majesté d’un cheval au galop puis, il se densifie et s’empâte pour donner du corps et du relief à la matière et nous transporter ailleurs, nous laissant libre cours pour interpréter notre propre vision de l’œuvre qui s’offre à nos yeux.
    Aziza est une artiste vraie, unique qui n’hésite pas à se jeter avec délectation dans le monde des mots et des couleurs, en essayant sans relâche d’en tirer le meilleur des nuances de teintes et des couleurs. On peut dire que Aziza est entrée dans le monde des artistes par de grandes portes »
    Bref, les amoureux de l’art plastique seront conquis par une collection d’œuvres inédites. Aziza y imprime son style, le mode de transmission de son énergie par les couleurs et les symboles en mettant toute son imagination pour réaliser cette magnifique œuvre.

    Livre d'Art présenté :

    Prix Botticelli

    Prix Botticelli

    Prix Botticelli

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Prix Botticelli

    Prix Botticelli

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

     

    Prix  Aristote 2013

       Prix  européen de la critique 

    en poésie ou littérature

    ARISTOTE

    2017

      ARISTOTE
     
    *Aristote (en grec ancien Ἀριστοτέλης / Aristotélês) est un philosophe grec né à Stagire (actuelle Stavros) en Macédoine (d'où le surnom de « Stagirite », Σταγειρίτης),en -384,et décédé à Chalcis, en Eubée, en -322.

    Sa conception de l'être comme « substance » (ou ontologie) et de la métaphysique comme « science de l'être en tant qu'être » influença l'ensemble de la tradition métaphysique occidentale, d'Alexandre d'Aphrodise à Martin Heidegger en passant par Thomas d'Aquin, et orientale, d'Averroès et Maïmonide à Cordoue jusqu'aux théologiens de Byzance. Véritable encyclopédiste, il s'est beaucoup intéressé aux arts et aux sciences de son époque (physique, biologie, astronomie, politique, poétique,rhétorique, économique et éthique), il en théorisa les principes et récolta empiriquement des faits pour les appuyer. Sa théorie de l'art poétique fit autorité dans l'esthétique classique. Son économique influença Karl Marx, et sa politique Hannah Arendt. Il est également l'inventeur de la logique : il systématisa l'usage des syllogismes et décrivit les rouages des sophismes ou raisonnements fallacieux qui ont l'apparence de la validité.

    *************************************************************************************************************************************************************************

    Prix Aristote

     

    Prix Aristote

     

    Prix Aristote

     

     

     

     

     Prix Aristote

    Prix Aristote

    BRIGITTE  VERGNE-CAIN

    Brigitte Vergne Cain a été Professeur d'allemand en classes préparatoires au Lycée Louis-le-Grand entre 1976 et 2013. Elle a dirigé la Collection Bilingue du Livre de Poche/LGF, en collaboration avec Gérard RUDENT.

     

     et

     GÉRARD  RUDENT

     Gérard Rudent a enseigné les lettres classiques en classes préparatoires au Lycée Louis-le-Grand de 1973 à 2004. Il a également été chargé de cours à la Faculté des lettres de Tunis et à Paris III. Il a collaboré à la Revue du XVIIe siècle et a servi comme assistant d’Henri Ronse au Théâtre Oblique entre 1973 et 1980

     

    Brigitte et Gérard travaillent ensemble depuis 1988. Ils ont signé ensemble de nombreuses préfaces, notices, et annotations. Ils ont dirigé la collection bilingue du Livre de Poche entre 1988 et 1999 où ils ont publié 19 volumes.

    Spécialité des candidats : critique littéraire, édition, traduction de littérature allemande en français. Brigitte et Gérard travaillent ensemble depuis 1988. Ils ont signé ensemble de nombreuses préfaces, notices, et annotations (Stefan Zweig, Ernst Weiss, Arthur Schnitzler, Franz Kafka).

     

     

    Publications de traductions avec annotations (liste sélective):

    avec D. L. Miermont. Lou ANDREAS-SALOMÉ : Ma vie. Paris: Buchet-Chastel, 1977.
    avec Gérard Rudent. Franz KAFKA : La Métamorphose 1988 / Le Verdict et autres nouvelles (Livre de Poche, 1990).
    avec Gérard Rudent. Alfred DÖBLIN :L’Assassinat d’une renoncule (Livre de Poche, 1990).
    avec Gérard Rudent. Stefan ZWEIG : Amok 1993 / Vingt-Quatre Heures de la vie d’une femme (Livre de Poche, 1993).
    avec Gérard Rudent. Stefan ZWEIG : Romans* et Nouvelles*/Théâtre (La Pochothèque, LGF, vol. 1 : 1991 / vol. 2 : 1995.
    avec Gérard Rudent. Arthur SCHNITZLER Romans et Nouvelles (La Pochothèque, LGF, vol. 1 : 1994 / vol. 2 : 1996).
    avec Gérard Rudent Thérèse (La Pochothque, LGF, 1994).
    avec Gérard Rudent. Franz KAFKA : Romans, Nouvelles, Journaux (La Pochothèque, LGF, 2000).


    Entre 1986 et 2004 : traduction, avec Gérard Rudent, de l’oeuvre de l’écrivain est-allemand
    avec Gérard Rudent. Wolfgang HILBIG : La lettre (Flammarion, 1988).
    Wolfgang HILBIG : Les Bonnes Femmes (Gallimard, 1993). :
    avec Gérard Rudent. Moi (Gallimard, 1997).
    avec Gérard Rudent. Wolfgang HILBIG : Provisoire (Métailié, 2004).
    avec Gérard Rudent. Nouvelles préfaces nouvelles et annotations pour le Livre de Poche /LGF : KAFKA ; Le Procès 2001 / Le Château 2001. - SCHNITZLER : La Nouvelle rêvée 2002.
    avec Gérard Rudent. Stefan ZWEIG : l’Égaré (Livre de Poche, 2012; édition numérique).
    avec Gérard Rudent. Stefan ZWEIG : Le Joueur d’échecs (Livre de Poche, 2013) avec préface et notes.

    Ouvrage(s) proposés : OTL AICHER: La guerre, faces cachées (Dijon: Ed. Du Murmure, 2017). Traduction, avec avant-propos.

     

     

     

     


  •  

     

    Prix Virgile 2013

     

    PRIX EUROPÉEN FRANCOPHONE 

    oeuvre d'un poète ou auteur confirmé

     VIRGILE 2017

     Prix Virgile 2013  

    Fugit irreparable tempus
    (le temps  fuit  irréparable)
    VIRGILE
    *
    Ce Prix récompense un poète ou écrivain européen francophone
    dont les écrits sont reconnus en Europe
    Prix honorifique qui repose sur l'ensemble d'une oeuvre
    et l'engagement d'une vie pour la poésie et la littérature de langue française


    **********************************************************************************************************************
    Poète latin, auteur de l'Énéide, récit épique considéré comme un chef-d'oeuvre de la littérature mondiale, qui eut une influence considérable sur les écrivains européens.Ayant acquis l'immortalité littéraire grâce à l'Énéide, Virgile va influencer nombre d'écrivains du moyen-âge, de la renaissance (tel Ronsard, qui rédige la franciade inachevé dans la volonté de donner un équivalent français à l'Énéide) et de l'époque moderne. En littérature, Virgile deviendra également un personnage de roman, notamment dans La Mort de Virgile de l'auteur allemand Hermann Broch, qui relate les derniers jours de l'écrivain latin.

    ***********************************************************************************************************************

     

    Prix Virgile

     

    Prix Virgile

     

    Prix Virgile

     

     

     

    Prix Virgile   

    Prix Virgile

     

    Prix Virgile

    CLAUDINE  BERTRAND

     

     Poète, essayiste et pédagogue, née à Montréal, Claudine Bertrand a publié  une œuvre importante doublée d’une forte activité éditoriale. Elle a dirigé des anthologies (Instants de vertige – 45 poètes Québec-France et Grandes voix francophones en 2012), des collectifs (Le Québec des poètes et La France des poètes). Elle est l’une des voix les plus actives de sa génération, elle organise des événements culturels,  conçoit et anime, chaque semaine, à la radio, l’émission Arts et Lettres.

    Pionnière, elle a fondé la revue Arcade consacrée à l’écriture des femmes et l’a dirigée durant 25 ans, œuvrant ainsi à faire connaître la littérature, à la diffuser et à la rendre visible auprès de publics différents, contribuant ainsi à enrichir la culture francophone. Parallèlement à cette activité éditoriale, elle a publié plus d’une trentaine de recueils poétiques et d’ouvrages au Québec et à l’étranger, qui lui ont valu des prix prestigieux dont le Prix International Tristan Tzara (elle est la seule québécoise à avoir reçu cette distinction), Prix Saint-Denys Garneau, Prix de l’Amérique française.

    Femme engagée, marquée par la pensée féministe et humaniste, elle est considérée comme l’une des ambassadrices de la poésie à l’étranger. Son écriture voyageuse nous mène sur plusieurs continents, cherchant à s’ancrer dans un univers lumineux.

    Ambassadrice de la poésie québécoise, (Suisse, 1996 ; République tchèque, 1998 ; France, Rhône-Alpes; 2000/2005), La  Rochelle 2008 ; Bénin , 2009 et 2010  ; Sénégal, 2010 ; Algérie, 2011 ; Cameroun, 2012 ) elle offre de nombreuses lectures, des conférences et des ateliers de création. Fréquemment sollicitée par des invitations à l’international et traduite dans plusieurs langues, Claudine Bertrand constitue une figure marquante de la poésie contemporaine.

    Claudine Bertrand a étudié à l'Université du Québec à Montréal, où elle obtient une maîtrise en études littéraires. Elle a enseigné le français au Collège de Rosemont de 1973 à 2010.
    Elle est l’auteure d’ouvrages poétiques et de livres d’artiste au Québec et à l’étranger, dont Une main contre le délire (finaliste en 1996 au Grand Prix du Festival international de la poésie de Trois-Rivières), L’amoureuse intérieure (Prix de poésie 1998 de la Société des écrivains canadiens), Tomber du jour, Le corps en tête (prix Tristan-Tzara 2001), L’énigme du futur (Prix Saint-Denys Garneau en 2002 livre d'artiste avec la plasticienne française Chantal Legendre). Elle a été lauréate du Prix Femme de mérite 1997 et médaillée d’or du Rayonnement culturel.
    Fondatrice de la revue Arcade, elle la dirige de 1981 à 2006. Elle crée le Prix de la relève Arcade (1991). En 1996, la Ville de Montréal souligne la contribution de la revue à l’occasion de son 15e anniversaire en lui décernant le titre de finaliste au Grand Prix du Conseil des Arts de la Communauté urbaine de Montréal. Également en 1996, un colloque tenu à l’Université Paris VIII (Vincennes) souligne la contribution significative aux échanges culturels France-Québec d’Arcade. Elle fonde, à la suite en 2006, la revue en ligne Mouvances.ca [archive].
    Depuis les années 1970, elle collabore à plusieurs revues littéraires: Montréal now !, Intervention, La nouvelle barre du jour, Les écrits, Hobo-Québec, Possibles, Rampike, Doc(k)s, Mensuel 25, Moebius, Estuaire, Écritures, Tessera, Bacchanales, et Acte Sud, Jardin d'essai, Pourtours et Travers (France).
    Au Québec, son rôle en poésie est central, participant à plusieurs projets, comme La poésie prend le métro, qu’elle codirige durant la première année, et l’organisation de semaines culturelles. Elle est chroniqueuse de poésie à CISM, la radio de l'Université de Montréal, elle a participé à de nombreux colloques et à des lectures publiques, elle a animé des ateliers d'écriture de femmes, puis coanimé la première Nuit au féminin à l'Université du Québec à Montréal (20 avril 1985). Depuis septembre 2010, elle coanime des soirées de lectures de poésie (Vivement posésie!) dans un bar montréalais. Elle fait partie du comité d’administration du PEN Montréal.
    Ambassadrice de la poésie québécoise, elle offre à l’étranger de nombreuses lectures, des conférences et des ateliers de poésie. Elle a notamment été correspondante à Paris pour le 1er Congrès des poètes du monde. Elle crée en 1999 la collection internationale de poésie «Vis-à-Vis», aux Éditions Trait d’Union. En 2010, au Bénin, un prix de poésie remis annuellement à la relève est baptisé «Claudine Bertrand».
    Claudine Bertrand est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois1.

     

     PARUTIONS :

    Quelques titres :

    Fleurs d’orage (Éditions Henry, 2015), Prix International Alexandre Ribot 2016, décerné au Marché de la poésie à Paris.
    Au large du Sénégal (Rougier, 2013),
    Rouge assoiffée (L’Hexagone, collection Typo, 2011),
    Passion Afrique (Rougier, 2009),
    Autour de l’obscur (L’Hexagone, 2008),
    Ailleurs en soi (Domens, 2006) …

     

    RECUEILS  DE  POÉSIE :

    Idole errante, récit poétique, Montréal, Éditions Lèvres Urbaines, 1983.
    Memory, scénario poétique, Montréal, la Nouvelle Barre du Jour, 1985.
    Fiction-nuit, poésie avec quatre dessins de Monique Dussault, Saint-Lambert, Éditions Le Noroît, 1987.
    La Dernière Femme, poésie avec une linogravure de Célyne Fortin, Saint-Lambert, Éditions Le Noroît, 1991 (tirage épuisé) 2e édition bilingue tchèque et française, traduction de Jana Boxberger, Prague, Protis, 2000.
    La Passion au féminin, entretiens, coauteur avec Josée Bonneville, Montréal, XYZ Éditeur, 1994.
    Une main contre le délire, poésie, avec une illustration de Roch Plante, Montréal/Paris, Le Noroît/Erti éditeur, 1995.
    L'Amoureuse intérieure, suivi de La montagne sacrée, poésie, avec quatre originaux de Roland Giguère, Montréal/Paris, Le Noroît/Le Dé Bleu, 1997, * Prix de la Société des Écrivains Canadiens, Prix de la Renaissance française; 2e édition traduite en catalan par Anna Montero, Barcelone, Tandem Edicions, 2002.
    Tomber du jour, poésie avec une illustration de Marcelle Ferron, Montréal, Éditions Le Noroît, 1999.
    Le Corps en tête, poésie, l’Atelier des Brisants, France, 2001, prix Tristan-Tzara.
    Jardin des vertiges, poésie, illustration de Chan Ky-Yut, Montréal, Hexagone, 2002.
    Nouvelles épiphanies, poésie, Montréal, Trait d’Union, Autres temps, France, 2003.
    Chute de voyelles, poésie, Trait d’Union, Montréal, Autres Temps, France, 2004.
    Pierres sauvages, poésie, Édition de l’Harmattan, coll. « Poètes des 5 continents », France, 2005.
    Ailleurs en soi, poésie, Éditions Domens, France, 2006.
    Autour de l'obscur, poésie, Éditions de l'Hexagone, 2008.
    The Last Woman, poésie, Éditions Guernica, 2008. Choix de poèmes publiés de 1991 à 2002, traduits par Antonio D'Alfonso.
    Autour de l’obscur, poésie, illustration Anne Slacik, Édition de l’Hexagone, 2008.
    Passion Afrique, poésie, illustrations Michel Mousseau, Éditions Rougier, collection «Ficelle», France 2009.
    Au large du Sénégal, poésie, illustrations Michel Mousseau, Éditions Rougier, collection "Plis urgents", 2013

     

    PRIX ET RÉCOMPENSES :

    Finaliste en 1996 pour le Grand prix international de poésie à Trois-Rivières pour Une main contre le délire.
    Nominée en 1996 pour le prix du Conseil des Arts de la Communauté urbaine de Montréal.
    Prix Femme de mérite en 1997 et médaillée d’or du Rayonnement culturel
    Prix de poésie en 1998 de la Société des écrivains canadiens
    Médaillée de l’Assemblée nationale française le 21 juin 1999 pour le poème « À 2000 années-lumière d’ici » publié dans l’Anthologie parlementaire de poèmes, préface de Laurent Fabius, Éditions Bartillat, Paris, 1999.
    Prix Tristan-Tzara en 2001
    Finaliste en 2001 du prix Odyssée pour Le corps en tête en 2001.
    Finaliste en 2001 du Grand prix international de poésie à Trois-Rivières pour Le corps en tête.
    Prix Saint-Denys Garneau en 2002 avec l'artiste française Chantal Legendre
    Lauréate en 2010 du Grand prix de poésie du Salon international des poètes francophones pour l’ensemble de son œuvre.

     

    Prix Virgile

     


  •  

    Prix  Calliope 2013

     Prix Calliope (jeune auteur ou poète)

    2017

    150px-Muse_Glyptothek_Munich_266.jpg

        CALLIOPE

    (du grec : Kalliopé "femme à la belle voix")

    la plus éminente des muses, muse de l'éloquence, mère d'Orphée

    Bar01.gif

    récompense un(e) jeune auteur(e) au talent prometteur

    en poésie, littérature, artiste

    ce Prix n'est pas attribué tous les ans

         ( prix créé en 2013)

    Bar01.gif

     

    Prix Calliope

     

    Prix Calliope

     

    Prix Calliope

     

     

     

     

     

    Prix Calliope

     

     Prix Calliope

    CÉCILE A. HOLDBAN

    poète * artiste * traductrice

     

    Hongroise d’origine, Cécile A. Holdban vit à Paris.
    Après diverses études et voyages, elle devient libraire, tout en poursuivant son travail d'écriture et de traduction.
    Elle est coéditrice de la revue Ce qui reste depuis l'automne 2015 http://www.cequireste.fr/
    Egalement plasticienne, elle pratique surtout l'aquarelle et l'encre, et participe à un certain nombre de livres d’artistes avec différents poètes et peintres/photographes.

     

             Bibliographie :

    Ciel Passager, L’Échappée Belle, 2012Un nid dans les ronces, La Part Commune, 2013Poèmes d’après suivi de La Route de sel, Arfuyen, 2016 
    Une robe couleur de jour, La lune Bleue, 2016Carnet d'automne, poèmes et aquarelles, Ce qui reste, 2016Silence, carnet , éditions sous la glycine janvier 2017L’été, poèmes, Al Manar, mars 2017

    Traductions : 

    Diverses traductions de poèmes et textes littéraires d'auteurs hongrois, américains et néo-zélandais, en revue et chez plusieurs éditeurs (Weöres, Karinthy,  Kosztolányi, Mark Strand, Janet Frame, Howard McCord, Kathleen Raine...)A paraître : Viens dans mon poème, éditions du Petit Flou, été 2017

     

            Peintures :

              Poèmes :

     

     

    Prix Calliope 

    Prix Calliope

     

     

     

     

     

     

     


  •  

     "Il est grand temps de rallumer les étoiles.."  Guillaume  Appolinaire

    *

    Ce prix a été créé en 2014,

    il récompense une revue de langue française ouverte à la poésie, l'art et la littérature

    Prix Cassiopée

    2017

    Prix Cassiopée

     

    Prix Cassiopée

     

    Prix Cassiopée

     

     

     

    Prix Cassiopée

    Prix Cassiopée

    Prix Cassiopée

    L’axe central de la Revue européenne de recherches sur la poésie est l’unité de l’Europe sous le signe de la poésie, à toute époque et pour tout espace, dans une harmonie de la République européenne des lettres.

     

     

    Prix CassiopéePrix Cassiopée

     

    L’EUROPE EST UNIE SOUS LE SIGNE DE LA POÉSIE

    UNE REVUE SUI GENERIS

    La Revue européenne de recherches sur la poésie ne veut pas entrer dans la foule des revues sur la poésie ni dans celles de poésie tout court. C’est la première dans son genre. On calcule en France « plus de trois cents revues » de poésie, des minuscules en quelques feuilles à celles qui sont de vrais volumes, des feuilles A3 ou A4 à peine pliées aux revues de référence. Mais aucune n’a la même vision que la Revue européenne de recherches sur la poésie.
    Les quatre mots de son intitulé sont de toute évidence : revue (discours, réflexion, analyse, étude, panorama, excursus), européenne (espace européen de la poésie), recherches (uniquement des recherches sur la poésie, de théorie, esthétique, commentaire), poésie (genre poétique de toute sorte).
    La Revue européenne de recherches sur la poésie a une perspective large, d’espace et de temps. Son espace concerne toute l’Europe : elle s’occupe de toute la poésie européenne, de la limite conventionnelle de l’Oural, séparant l’Europe de l’Asie, aux côtes du Portugal, et du Nord des Pays Scandinaves à la Sicile. Les temps chronologiques qu’elle traite scrutent toute époque de la poésie européenne, du Moyen-Âge à nos jours.
    Bien sûr, pas de palmarès des différents espaces et temps. C’est l’unité générale qui est le point de référence constant. Dans l’immense forêt de la poésie européenne, les grands arbres, les petits arbrisseaux et le maquis sont sur le même plan et exercent le même rôle.

     

     

     

     

     


  •  

    Prix européen illustrateur ou dessinateur

    Jean-Louis FORAIN  2017

    Jean-Louis_Forain-copie-1.jpg

    Jean-Louis FORAIN

    Prix Jean-Louis Forain 2014

     

     


  •  

    Prix Charles Ciccione 2013

    Prix européen de photographie

    Charles Ciccione 2017

    Prix Charles Ciccione 2015

    (Prix créé en 2012)

                                          

             Ce Prix européen récompense un photographe dont l'oeuvre est reconnue en Europe

    et qui présente pour ce Prix un livre d'artiste de photographies de grande qualité.

     Prix Botticelli  2013

     

     

    Prix Charles Ciccione 2015

     

    Prix Charles Ciccione

     

    Prix Charles Ciccione

     

     

     

     

    Prix Charles Ciccione

    Prix Charles Ciccione

    PATRICIA BAUD

    AUTEUR PHOTOGRAPHE

    Prix Charles Ciccione

    De la trace et de la mémoire
    « La photographie, c'est du silence alors que l'image est souvent un cri ! »

    Prix Charles Ciccione

     

     

    PUBLICATIONS :

    Livres édités, illustrations
     
    Vies d'ici en ville, mémoires d'Hérouville Saint-Clair (Calvados)
    Editions du Centre Régional d'Art Contemporain de Basse Normandie, janvier 08

    La belle au bois des forges
    Mémoires d'Ozoir la Ferrière, Ville d'Ozoir (seine-et-marne) juillet 2007

    Tu existes encore
    juin 2005 Album avec Thierry Lenain, Editions Syros
     *
    L'usine de ma vie, mémoires vives du bassin minier
    Janvier 2005 Le Cherche-Midi Éditeur

    P'tits enfants du Bassin Minier Les héritiers des mineurs
    Éditions L'ëil d'Or (nov. 03)

    Mosaïques, récits et vies mêlées
    Jeunes du Pas-de-Calais, confrontés à la mémoire collective des mineurs et de l'immigration, Editions de l'ëil d'Or (juin 02)
     *
    Mise en Route
    Livre photos et textes, Musée National de la voiture, château de Compiègne (avril 2000)
     *
    Paris Capitale des Arts et des Révoltes, une histoire vivante
    coauteur A.Bellet, Éditions Alfil (2000) Diffusion L'Oeil d'Or

    Achères, C'est mon nom...
    coauteur et illustration du livre, Éditions In Fine (93)
     *
    Voyage en Grand Terre, le Grand Cahier
    Illustrations d'un texte littéraire
    Festival de la Pensée, Les Pascalines, Éditions Brut de Béton Production (98)

    Petites musiques de vie
    Éditions Poesis (98)
     *
    Destins croisés
    Éditions Poesis ( 97)

    Le Retour de Pascal
    illustrations de nouvelles littéraires collectives dans le cadre du Festival de la Pensée, Les Pascalines, Clermont-Ferrand, Éditions Brut de Béton Production (97)
     *
    Nuit Agenaise
    illustrations d'une nouvelle littéraire (Éditions La Barbacane 97).
     *
    Voyages en ville
    illustrations de la Revue Libre Accès, Conseil Général de l'Essonne (95)
     
    Brochures :
     

    Contes en pays d'Ouche
    illustrations de poésies. Médiathèque de Bernay Juin 04

    Ensablés vers la liberté
    illustrations d'une brochure, Association le Lien (juin 02)
     *
    La ville des rencontres,
    Classe ouverte à Montepellier
    Des jeunes en rupture scolaire s'impliquent dans la création artistique (juin 2002)

    L'Ambulance du Temps
    illustrations de nouvelles littéraires de collégiens, à Soissons (2000)
    *
     
    Paroles de femmes agricultrices en Alsace
    Portraits d'agricultrices 2000

    Troisième Millénaire en Essonne
    Revue Libre Accès, Conseil général de l'Essonne (98)

    Maisons d'Éditions & Presse
     *
    Portraits d'écrivains
    pour les éditions : Calman-Lévy, Le Rocher, Fleuve-noir, L'Humanité

    Premières de couverture de neuf livres : L'Harmattan, Le Mot-de-Passe, Le Temps des Cerises, Poesis, Magnard, Active, La Barbacane, L'ëil d'Or.
     *
    Publications en Presse :
     L'Expresso di Roma, Passages magazine, Cinéma, Réforme, Politis, Révolution, Signé Cactus, Quotidien de Paris, Trimestriel de la Maison des Ecrivains, Le Républicain Lorrain, Voix du Nord, Habitat et Société, Marie-Claire Maison, l'Humanité Hebdo

    Journal des Rencontres Nationales Lecture et Écriture à La Villette à Paris (janvier 93).
     

    Prix Charles Ciccione

     

     

     

     


  •  

     

     

     Prix Arts Senghor 2013


       PRIX  EUROPÉEN FRANCOPHONE
    des  ARTS
    LÉOPOLD  SÉDAR  SENGHOR

       2017

     

    Prix Senghor des Arts

     

    Prix Senghor des Arts

     

    Prix Senghor des Arts

     

     

     

    Prix Senghor des Arts

     

    Prix Senghor des Arts

    Prix Senghor des Arts

     JUAN CARLOS CARRILLO

    sculpteur

    Prix Senghor des Arts

    Prix Senghor des Arts

     

    Formation :
    1982-1987 Ecole des Beaux-Arts, Huaraz, Pérou
    1ère exposition personnelle à l'Institut National de Culture, Pérou
    Ecole Pro Vénètia, Venise, Italie
     
    Domaines d’activité :
    Sculpture, moulage d’art, commandes privées, commandes publiques, réalisation de monuments (1% culturel), sculptures de petite ou grande taille, cours professionnels et amateurs, stages thématiques :  modelage, bronze, marbre, pierre, bois, acier, résine... 
     
    Prix :

    Premier prix du concours de sculpture Raymi Llacta, Pérou 
    Prix d’Excellence au Concours International de Sculpture, Arles 
    Prix d’Excellence au Concours International de Sculpture sur Neige, Québec
    Prix Mémorial au Concours International de Sculpture sur Neige, Harbin, Chine
     
    Principales expositions en France :
    7e  Rencontres Internationales de Sculpture, Ottange 
    Plusieurs expositions individuelles et collectives en Champagne-Ardenne 
    Salon d’Automne, Grand Palais, Paris
    Festival International Camille Claudel de Sculpture sur bois, La Bresse
    Festival International de la Craie, Epernay 
    Salon International du Luminaire, Paris
    Conférence-animation en hommage à Camille Claudel, musée Le Vergeur, Reims
    Invité d’honneur de l’association  "Créer", Champagne Castellane,  Epernay
    Salon des Artistes Français, Paris
    Invité d’Honneur "Passages", maison Clémangis, Châlons-en-Champagne
    Exposition aux "Poètes Français", espace Montpezat, Paris
    Grand marché d’Art Contemporain, Paris Bastille
    Exposition avec Féodor Tamarsky, Maison Clémangis, Châlons-en-Champagne

     


    A  l’étranger :
     79ème Salon d’Epernay, Médiathèque d’Epernay - France.
    Il Grande Canale della Pace®, 1a Edizione di Roma, Villino Corsini di Villa Pamphilj, Roma, Italie.
    VII édition Present Art Festival - Meeting à Shanghai. Bibliothèque nationale de Shanghai Pudong; Shanghai, Chine.
    Il Grande Canale della Pace® - Artisti a Venezia contro la guerra 2015 - 1er Edizione. Palazzo Bollani, Venezia, Italie.
    Hallucinations, Salle de fêtes rue de l´Eglise. Marson, France.
    Exposition Internationale Art Folio c/o art 54 Gallery, New York
    Festival International de sculpture sur bois, Sennori, Italie
    Concours International de Sculpture sur neige, Harbin, Chine
    Exposition, Banque de l’Art, Québec
    Cours de moulage avec artisans de Louxor, Egypte
     
    Monuments :
    Réalisation d’un monument à la mémoire de Jean Talon, Châlons-en-Champagne 
    Les Quatre Saisons, parc du Petit-Jard, Châlons-en-Champagne
     

     

     

     Prix Senghor des ArtsPrix Senghor des ArtsPrix Senghor des Arts

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Prix Senghor des Arts

     Prix Senghor des Arts

     

     

     

     

     

     

     


  •  

    Prix Émile  Littre

     

    Prix Émile  Littre

     

    Prix  Émile  Littré

    2017

    (pour un lexicographe)

    Prix Émile  Littre

     

    Prix Émile  Littre

     

    Prix Émile  Littre

    Prix Émile  Littre

     

     

    Prix Émile  Littre

     

    Prix Émile  Littre

    ALAIN  REY

    détective du langage

    Alain Rey est un linguiste et lexicographe français né à Pont-du-Château le 30 août 1928. Il est le rédacteur en chef des publications des éditions Le Robert. Alain Rey est un observateur de l'évolution de la langue française.

    *

    Alain Rey est linguiste et lexicographe et le rédacteur en chef des publications des éditions Le Robert.
    En 1952, alors qu’il vit en Algérie, il répond à une petite annonce de Paul Robert qui cherche des linguistes pour faire un dictionnaire, et il devient par la suite son premier collaborateur pour le Dictionnaire alphabétique et analogique. Il a joué un rôle majeur dans le développement de la terminologie, de la lexicologie, de l'histoire du vocabulaire, de la sémantique historique et de l'histoire culturelle des dictionnaires. Depuis plusieurs années, Alain Rey tient une chronique dans Le Magazine Littéraire, intitulée le Mot de la fin.

    Rey (Alain) n. m., attesté pour la première fois en 1928, à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme). Apparu d’abord sous la forme latine rex (v. 881), puis rei (v. 980) dont il est une variante, son nom est issu du latin regem, accusatif de rex, regis qui signifie « roi ». Un comble pour ce rexicographe, pardon, lexicographe, qui règne en maître – mais jamais en tyran – sur la langue, depuis déjà quelques décadis… (pour le sens, prière de chercher dans ce dictionnaire).
    La légende raconte qu’il sut parler avant de se tenir debout. Enfant, il fut envoûté par les mots, leur musique, leur magie, leur malice. Son premier dictionnaire ? Les romans de Jules Verne, dont la lecture fut pour lui une inépuisable leçon de vocabulaire. Si bien qu’à quinze ans, il remplissait déjà des cahiers entiers de listes de mots : ceux de la marine, les termes de toutes les parties des édifices romans et gothiques.
    Ballotté par la guerre d’écoles en lycées, de lycées en universités, à travers la France entière, il oscilla entre les études littéraires, en français, en anglais, les sciences politiques, l’art médiéval… À quoi bon choisir quand on peut tout faire ?
    Au retour de son service militaire, l’insatiable chineur de vocations « entra » finalement en langue, par le plus grand des hasards : en répondant à une annonce parue dans Le Monde, d’un certain Paul Robert, jeune avocat algérois à la recherche de rédacteurs pour écrire « un nouveau Littré ». Ce projet fou attira Alain Rey à Alger, puis au Maroc. Commença alors l’incroyable aventure du Grand Robert, premier « dictionnaire alphabétique et analogique ». Exalté par la façon radicalement nouvelle de décrire une langue toujours en mouvement, Alain Rey édifia, avec Henri Cottez et Josette Rey-Debove, le Petit Robert, puis un Dictionnaire Culturel et ce Dictionnaire Historique, formidable terrain d’exploration de l’arrière-pays des mots, aujourd’hui re-y-nouvelé.
    Maître d’œuvre des Éditions Le Robert qui l’ont consacré tout à la fois comme leur inspirateur, leur protecteur et leur guide, ne lui dites surtout pas qu’il est le gardien du temple. Un gardien se lamente des coups de griffe du temps, en lustrant le bon usage, comme Harpagon compte ses pièces d’or. Or, la vraie richesse de la langue, pour cet humaniste patenté des temps modernes, c’est sa vitalité. Lui qui a assuré pendant douze ans une chronique quotidienne sur France Inter le sait bien : les mots, incroyables accumulateurs d’énergie, souvent révélateurs de l’inconscient collectif, animent toute la vie sociale. Mais l’observateur vigilant et attentif des usages sait aussi que ces mêmes mots peuvent être des armes dont il est sain de percer les mystères. Pour sûr, Alain Rey, dans le polar de l’Histoire, a su jouer comme personne les détectives du langage. La meilleure façon de lui rendre hommage : ne pas baisser la garde ! Et lui laisser le mot de la fin : « Les mots ne meurent jamais complètement. Ils nous enterreront tous ! »


     Bérengère Baucher, responsable du Petit Robert des noms propres

     


  •  

     

    Prix de la francophonie

     

     

    Prix francophonie

    2017

    Prix européen de la Francophonie

    (la Francophonie concerne tous les pays qui ont choisi le français "en partage" en première ou deuxième langue. 

    Prix de la francophonie

    Prix de la francophonie

     

    Prix de la francophonie

     

    Prix de la francophonie

     

     

     

    Prix de la francophonie

    Prix de la francophonie

    OTHMAN  BEN  TALEB  

    -Maitre de Conférences HDR de linguistique française et de traductologie à l’Université Tunis El-Manar, Directeur de Recherches et Responsable de la formation en sciences du langage en Master 1 et master 2 et doctorat. Membre du Laboratoire de recherches et études brachylogiques, LA@REB responsable du groupe « Etudes pragmatiques ». Organisateur de dizaines de rencontres scientifiques, colloques, Journées d’études et séminaires autour des sciences du langage, de la didactique du français et de la pédagogie universitaire. A participé à des dizaines de colloques internationaux avec des communications scientifiques en Tunisie, France, Italie, Allemagne, Egypte, Maroc, Espagne, Jordanie, Turquie, Algérie et Canada). Membre des Commissions chargées de la Réforme LMD à l’Université de Tunis El-Manar.


    - Membre de la Commission de Doctorat et d’Habilitation Universitaire en linguistique générale et linguistique française. (Université de Carthage et Université de Tunis El-Manar.). Membre du jury national de recrutement des assistants de français et de plusieurs jurys de soutenance de thèses et de mémoires de recherches.


    -Auteur de plusieurs travaux de recherche publiés, articles scientifiques et ouvrages en pragmatique, sémantique, traduction, lexicologie, poétique, critique littéraire, et pensée politique, en français et en arabe.


    -Rédacteur en chef de la revue Muqabasat, périodique semestriel publié par l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, Université de Tunis El-Manar.


    -Poète et Traducteur (arabe/français/arabe), auteur de plusieurs traductions (anthologies, recueils poétiques, théâtre). Responsable de la collection « Rivages » des Anthologies de la littérature tunisienne (2003-2005). Auteur d’un recueil de poésie en français et de deux recueils en arabe en cours de publication.


    -Ancien Secrétaire Général de l’Union des Ecrivains Tunisiens, Directeur-Rédacteur-en-chef de sa revue littéraire Almaçar.
    -Depuis 2015 Directeur exécutif du Centre de Traduction de l’Union des Ecrivains Tunisiens et du Bureau de Traduction de l’Union Générale des Ecrivains Arabes.


    - Membre du Conseil Scientifique de l’Université euro-arabe itinérante et Représentant de la Tunisie pour le Projet ARABIA de l’Unesco.
    - 1998 et 1999 : Médaille nationale du Mérite Culturel décernée par le Président de la République pour sa contribution à la promotion de la culture et la littérature tunisiennes et dialogue entre les cultures.
    - 2001 : Grand prix de la critique littéraire décerné par l’Union Générale des Ecrivains Arabes.

     

     

     

     

     


  •  

     

    Union  européenne

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

     Création du Cénacle

     

     ORIGINE :

    Création du Cénacle

          Création du Cénacle   Création du Cénacle

    Création du Cénacle en juin 2000 à l'ambassade de Roumanie en présence de nombreuses personnalités

    de la Francophonie

     

     LES  DEUX  FONDATEURS :

    Création du Cénacle    Création du Cénacle

       J.-F. DUSSOTTIER                CHARLES  CARRÈRE 

     

     

    et  l'amitié  confraternelle de la :

    Création du Cénacle

     

     

     

    Création du Cénacle

     

     

     

     


  •  

     

    NOS  LAURÉATS A L'HONNEUR*2* :

     

    Salvatore  Gucciardo (Belgique)

    Prix Senghor des arts 2006

    Nos lauréats à l'Honneur *2*:

    Nos lauréats à l'Honneur *2*:

    Nos lauréats à l'Honneur *2*:

     LILYA  PAVLOVIC (Serbie)

    Prix Botticelli 2007

    Nos lauréats à l'Honneur *2*:

     Nos lauréats à l'Honneur *2*:

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

     

     

     

    Cave à poèmes Paris

    Cave à poèmes Paris

    Cave à poèmes Paris

    Cave à poèmes, Théâtre des Déchargeurs

    3 rue des Déchargeurs - Paris

    Cave à poèmes Paris

    Cave à poèmes Paris

    GIOVANNI  DOTOLI

     

    le lundi 24 avril, à 20h 

    Cave à poèmes, Théâtre des Déchargeurs
    3 rue des Déchargeurs - Paris

    Métro Châtelet, sorties rue de Rivoli ou Place Ste-Opportune
    Site Internet : http://cave-a-poemes.org

    Cave à poèmes Paris

    je donnerai une lecture de mes poèmes, à l’unisson avec le public

    Entrée libre avec participation aux frais de 5 euros.

    +

    ESPACE LIBRE EN 2e PARTIE

    jusqu'à 22 h. 30

     

    Cave à poèmes Paris

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

     

    Rencontres Paris

    Rencontres Paris

    Rencontres Paris

    Rencontres Paris

     

     


  •  

     

    Frédéric Voisin

     

    FRÉDÉRIC  VOISIN

    Prix Botticelli 2016

    Frédéric Voisin

    Frédéric Voisin