• Décès de Charles Carrère

      

    Décès de Charles Carrère

    Décès de Charles Carrère

    CHARLES  CARRÈRE

    L'un des fondateurs du Cénacle européen vient de disparaître à l'âge de 91 ans

    compagnon de route de LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

    Charles Carrère collabore aussi à plusieurs revues littéraires et figure dans de nombreuses anthologies. Il témoigne dans ses œuvres, tantôt intimistes, tantôt engagées, de sa profonde fidélité au mouvement de la négritude, la grande révolution culturelle lancée après la guerre par Léopold Sédar Senghor. 

    Il était vice-président de la Maison Internationale de Poésie de Bruxelles dont Arthur Haulot était le président. 

     Charles Carrère est le parrain du Festival international de poésie de Saint-Louis du Sénégal, organisé du 3 au 5 décembre 2015 par le Cercle des écrivains et poètes de Saint-Louis (CEPS). Le concours de poésie qui a été organisé à cette occasion, a connu une participation des élèves des lycées et collèges, le prix est dénommé « prix Charles Carrère ». Un concours de diction réservé aux élèves des écoles élémentaires a connu le même engouement. Le président du Cercle des écrivains et poètes de Saint-Louis (CEPS), Alioune Badara Coulibaly a rendu un hommage à Charles Carrère, à l'Institut français de Saint-Louis, à la cérémonie d'ouverture du Festival de Poésie qui en était à sa septième édition. 

    il a été de tous les combats pour faire vivre la poésie francophone

    un homme chaleureux, amical, toujours souriant

    il va laisser un grand vide dans le monde des poètes 

    Léopold Senghor a dit de lui qu’il était le poète le plus doué de sa génération. 

    adieu l'ami

     

     Décès de Charles Carrère

     

    Décès de Charles Carrère

    Dakar, ce jeudi 30 janvier 2020, à la cathédrale, nous avons rendu hommage au grand poète Charles Carrère. Nous l’avons livré non aux ténèbres mais à la lumière, car il fut un homme de lumière et de beauté.

    Amadou Lamine Sall

     

     

    Décès de Charles Carrère

     

    Un grand homme. Un grand monsieur. Un vrai poète, comme on les aime. Il était étincelant !

    Charles Carrère:  quelle élégance ! Quelle allure ! Quel charme ! Quelle magie ! Quelle culture ! Il aura vécu, aimé de tous. Il était la poésie même ! La poésie n'est rien d'autre que la parole humaine quand l'homme en use pour le culte du Beau. Et le Beau ne peut naître que de l'Amour. Et c'est l'Amour qui a inventé l'Homme. Charles, c'était un pur amour.

    Il a beaucoup contribué à cette civilisation de l'Universel et du Métissage dont parlait Senghor. Ce dernier était son ami. Je puis en témoigner. Ses deux filles, Fabienne et Sarah sont si divinement belles. Elles sont les enfants du métissage culturel entre la France et le Sénégal.  Charles a été un pont, une belle passerelle entre le monde et le Sénégal. L'Afrique, en un mot ! Oui, il portait ce continent non comme une blessure mais comme un phare de lumière et d'espérance. Sa poésie est traversée par ce chant millénaire qui monte du berceau de l'humanité.

    J'étais le fils qu'il n'avait pas eu. Je le savais. Il m'a entouré d'une immense tendresse. Il a porté bien loin mon nom. Cette générosité est devenue rare. Le moi-moi est de mise, très souvent, dans les communautés littéraires. Beaucoup de vanité et d'orgueil  et peu de coeur ! Charles était généreux comme l'est Michel Bernard. Ce sont deux précieux échantillons que nous devons garder. Le monde des arts et des lettres a besoin de cette noblesse. La poésie, plus encore.

    L'île de Corée où Charles  aimait  venir se reposer dans sa jolie maison bien fleurie sous les vents de l'Atlantique, lui manquera. Il était homme de la mer: Saint-Louis du Sénégal où il est né il y a 92 ans. L'île de Corée, son coin du coeur. Lannion, où il a fini ses jours.

    Mon pays, notre pays, le Sénégal attend le corps de Charles pour le livrer non aux ombres, mais à la lumière. Il restera en nous et nous le chanterons longtemps, très longtemps encore.

                                                           amadou lamine sall, poète

     Né en 1951 à Kaolack, Amadou Lamine Sall est le Fondateur de la Maison africaine de la poésie internationale, et il préside aux destinées de la Biennale internationale de poésie à Dakar, au Sénégal. Lauréat en 1991 du Prix du rayonnement de la langue et de la littérature françaises décerné par l'Académie française, il est l'auteur de nombreuses anthologies de poésie qui ont été traduites en plusieurs langues. En octobre 2008 il a écrit plusieurs poèmes sur Arthur Rimbaud alors qu'il était en résidence au sein de la Maison Rimbaud à Charleville-Mézières, grande capitale mondiale pour les poètes. Amadou Lamine Sall écrit toujours ses poèmes en vers libres, avec très peu de ponctuation. La poésie d'Amadou Lamine Sall figure au programme de nombreuses universités dans le monde. Son écriture fait également l'objet de plusieurs thèses de doctorat.            

    Décès de Charles Carrère

    La grand poète Amadou Lamine SALL AVEC L'autre  GRAND POÈTE regretté CHARLES CARRERE AU SÉNÉGAL, À TOUBAB-DIALAW DANS MA RÉSIDENCE D’ÉCRITURE CRÉÉE DEPUIS 1987... 

    Décès de Charles Carrère

    Bonsoir très chers amis de la Poésie et des Arts...

    Je ne pleurerai pas Charles Carrère , non pas parce que mes larmes se sont taries , mais parce que c'était un homme de la Vie qu'il chantait et trimbalait comme son ombre , comme les Mots dont il aimait peindre ses univers, comme  ses diverses et variées curiosités artistiques qui faisaient le Bonheur de ses jours, les délices de ses nuits...

    Charles était un homme polyphonique , qui rythmait tellement de sonorités, qui distillait tant de musicalités qu'il transformait, esprit magique , en autant de symphonies pastorales et insulaires...car l'eau l'a toujours accompagné dans ses nombreux voyages poétiques et picturaux, lui qui aimait les pastels gais , vivifiants , joyeux et savoureux qu'il aimait tant utiliser pour créer des mondes, ses mondes.

    En pays mandingue, on le qualifierait de "homme du Temps jadis", non pas parce qu'il est "vieux", mais parce qu'il était porteur de valeurs intrinsèques , de culture et de civilisation , d'enracinement et d'ouverture sur la modernité...

    Oui, je ne pleurerai pas Charles Carrère , parce qu'il a bien rempli sa Vie où trônaient au frontispice de son crédo, les mots"Plaisirs, Jubilation et Plaisir".

    Avec tes enfants, dont Sarah ma grande amie et soeur, et toute ta famille, nous t'accompagnerons aux sons des trompettes , des saxos, de jembés et des bugarabus , pour danser , et danser et encore chanter et danser jusqu'aux dernières lueurs d'une aube aux frimas d'abondance...et de Liberté.

    Docteur Ndongo MBAYE

    Décès de Charles Carrère

     Il dort sous sa pierre blanche

    Dans la terre de ses enfants

    Parmi les champs de mil et d’arachide.

    C’est l’heure précieuse du souvenir

    Par une nuit de claire lune,

    De lumière aux mystères laiteux.

    Les chants de l’élégie s’élèvent 

    Lancinants, poignants, lents,

    Aux rythmes répétitifs

    D’une kora, d’un balafong et d’un khalam.

    Ils en appellent aux esprits,

    Ils implorent la Parole

    Sage de l’ancien, 

    Transmission du savoir.

    Il repose sous sa pierre blanche

    Dans la terre de ses enfants,

    Où flottent des odeurs de cendre et d’encens,

    Mêlées aux effluves de gongo

    Que portent les femmes.

    Michel Bénard.

      

     Décès de Charles Carrère

    Décès de Charles Carrère

       Décès de Charles Carrère

       Bruxelles

     

     

      Décès de Charles Carrère

                                                                                              PARIS * Tour Eiffel * centenaire SPF

     

                            

    Décès de Charles Carrère

                                                                                              Bruxelles

     

    Décès de Charles Carrère

    Décès de Charles Carrère 

     

    Espace culturel Mompezat :

    Décès de Charles Carrère

     

    Décès de Charles Carrère

     Décès de Charles Carrère

    Charles Carrère, la parole originelle.

      Pour la Société des Poètes et Artistes de France" S.P.A.F " c'est aujourd'hui un bel honneur que de remettre en Belgique, plus particulièrement à Mons, terre du Borinage, terre où la parole a un sens, que d'accueillir l'éminent poète sénégalais, Charles Carrère afin de lui remettre le Grand Prix de Poésie francophone, doté du Président de la République française Monsieur Jacques Chirac.

      Prétendre présenter Charles Carrère en quelques minutes serait une gageure, mais les impératifs d'une organisation très chargée et particulièrement minutieuse nous y obligent, Charles Carrère et vous-même saurez le comprendre et nous le pardonner, ainsi je ne serai donc pas trop long.

    Charles Carrère est né en 1928 à Saint-Louis du Sénégal.

    Il fut élevé dans la tradition de son pays et fut toujours très proche de sa grand-mère qui aimait raconter des contes et légendes à la famille, aux amis, fidèle en cela à la transmission orale chère aux griots.

    Il n'en fallut pas davantage pour déclencher chez le jeune Charles le goût des mots, le besoin de rimailler comme il dit et celui de développer l'aspect ludique des jeux verbaux.

    Il viendra à Paris poursuivre ses études de droit, mais il eut cette chance de loger à Saint-Germain-des-Prés face au café de Flore en une période particulièrement bouillonnante et enivrante.

    Nous étions en plein existentialisme…n'est-ce pas, Monsieur Sartre !

    C'est donc là qu'il rencontra Boris Vian, agitateur notoire, écrivain, poète, musicien…qui est caressé par le génie et la fougue de vivre passionnément.

    Il dira à Charles sans détour, ni concessions : " Écoute vieux ! Oublie ta grand-mère et écris pour toi !

    Ce fut chez notre jeune étudiant la révélation, l'élément dynamisant.

    C’est décidé, Charles sera poète...et il le fut !

    Juriste de formation, Charles Carrère associa toute sa vie à la poésie, il donna beaucoup de lui-même pour les autres, à cette vieille dame, belle et combien envoutante, très  capricieuse aussi ....mais il ne le regrettera jamais.

    Aujourd'hui encore, il était vice-président de la Maison Internationale de la Poésie qui siège à Bruxelles et coordonnateur du Cénacle Européen de Poésie des Arts et Lettres.

    De nombreuses distinctions de tous les pays vinrent couronner son œuvre et son action au service de la poésie, la France, l'Espagne, la Belgique, l'Italie, la Roumanie, le Sénégal, etc. 

    Ici, je ne citerai que deux grands prix, le prix Fernando Riélo, prix mondial de poésie mystique organisé par Madrid et où nous nous sommes rencontrés pour la première fois et plus récemment le prix Léon Dierx à la Société des Poètes français à Paris.

    Et bien entendu aujourd'hui le Grand Prix de poésie francophone 2003 doté par le président de la République française, Monsieur Jacques Chirac.

    Charles Carrère, crée, écrit peut-être simplement par nécessité de maîtriser son propre désordre intérieur comme il aime à le souligner.

    Il invite, il ose, il apostrophe, mais il érige toujours sur les fondations de ses racines ancestrales, fidèle en cela à ses frères poètes, dits de la négritude, comme Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire pour ne citer que ces deux-là.

    Sa poésie contient encore les senteurs de Gorée, le goût du Gombo, le rythme des tambours ancestraux.

    Tout son héritage est là !

    La poésie est un grand silence où tout est dit, c'est peut-être aussi " le pollen de la plume qui cherche sa page fleur" comme l'a écrit si judicieusement la romancière Malhya de Saint Ange.

    Avec Charles Carrère nous sommes confrontés à un retour aux sources du sacré, à l'absolue nécessité plus particulièrement aujourd'hui de saisir l'essentiel pour tenter de l'exprimer.

    C'est le retour à la parole originelle, à la voix du chaman, c'est-à-dire à l'expression du ressenti, plus qu'à celle de la connaissance. C’est le miracle de l'instinct !

    Pour un poète confirmé et reconnu tel Charles Carrère, qui fut assez proche de Léopold Sédar Senghor, le temps n'est plus aux mots de complaisance, mais à ceux de la quintessence.

    Comment ne pas trouver ici la clé du berceau de nos racines suggérée par cette merveilleuse évocation :

               " Toutes sont nées de l'éternité du soleil

                   et du baiser de la mer..."

    ou encore

               " Connais-tu

                  Le temps des éclipses,

                  La durée des lunes pleines,

                  La divagation des vagues,

                  L’évanescence du sable,

                  L'heure de la marée ?..."

     Le poète se manifeste soudain comme être un géniteur de l'univers, son médium. Par la poésie Charles Carrère offre une possible résonance à l'amour.

    Pour lui la poésie est une sorte de diapason qui place le monde dans sa vibration harmonique.

    Veilleur ou éveilleur, sentinelle des mystères de la création, Charles Carrère laisse reposer sur la femme toutes les possibles perspectives d'un autre devenir de l'homme, reposant sur le seul verbe de l'amour, tout en prenant conscience de la vulnérabilité de cette espérance, fragile figurine de papier crépon.

                 " L’homme et la femme

                    Mesurent leur fragilité."

     Voilà bien une œuvre et une vie qui détiennent les plus subtils parfums d'un jardin, où la femme nomme l’homme, mais où c'est l'arbre qui prend la parole.

      Michel Bénard.

     Décès de Charles Carrère

     

    Décès de Charles Carrère

     " ce parfait gentleman qu’était Charles Carrère et aussi de ce poète qui possédait toute la fougue et le goût des images africaines dans un style tempéré par sa riche culture francophone. »

    Je relis toute son oeuvre et suis à nouveau surprise par l’élégance de son rythme poétique et de ses mots. »

    Je pense à Sarah sa fille, excellente musicienne que j’ai entendu à Bruxelles, ainsi qu'à la seconde que je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer. Je penserai à toutes deux la prochaine fois que je dirai « Femme nue femme noire ». J’’avais eu la joie de réciter ce texte avec leur père.

    Jeannine Dion-Guérin 

     Décès de Charles Carrère

     Espace culturel Mompezat

    Décès de Charles Carrère

    avec la poétesse grecque LILYA KARVIA 

     

    Décès de Charles Carrère