• La Francophonie *1*

    La Francophonie

     

     

    Le mot francophonie a été créé à la fin du XIXè siècle par le géographie Onésime Reclus. Il désigne l’ensemble des locuteurs qui utilisent le français comme langue maternelle ou langue seconde. Cette notion tombe un peu dans l’oubli jusqu’au début des années 1960. C’est en 1962 que le président du Sénégal et homme de lettre Léopold Sédar Senghor écrit : « La francophonie, c’est cet humanisme intégral qui se tisse autour de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire ».

    La définition de la francophonie donnée par le Président Senghor fait toujours référence de nos jours.

    Le mot francophone désigne les habitants de langue française d’entités nationales ou régionales, et par extension, s’applique à ces entités elles-mêmes.

    La francophonie désigne particulièrement ceux qui parlent français, en dehors d’une notion géopolitique. Ainsi, la francophonie canadienne désigne les habitants du Canada parlant français. De même, l’expression « il existe une francophonie en Louisiane » signifie que dans cet État, un certain nombre de personnes s’exprime en français.

    La Francophonie (avec un F majuscule) désigne l’ensemble du monde francophone, c’est-à-dire les différents pays et régions où le français est langue maternelle ou seconde. Il s’agit d’une expression géographique et d’un regroupement géopolitique.

    La Francité est l’ensemble des traits qui forme la communauté d’esprit de la francophonie, c’est-à-dire le caractère particulier de la civilisation française. Ce mot a connu depuis 1964 par le relais du Québec une diffusion parallèle à celle de francophonie, notion avec laquelle il se confond parfois. Alors qu’il se trouve à l’Université Laval de Québec en 1966, Léopold Sédar Senghor déclare : « La Francophonie, c’est par delà la langue, la civilisation française, plus précisément l’esprit de cette civilisation, c’est-à-dire la culture française, que j’appellerai Francité ».

     

     

     

     

    « Prix Senghor de poésie 2013Nos lauréats 2013 (photos) »