• Prix de poésie Senghor

    Prix de poésie Senghor

     

    Prix de poésie européen

    Léopold Sédar Senghor

    2016

     

    Prix de poésie Senghor

    Prix de poésie Senghor

      

    Prix de poésie Senghor

     

     

    Prix de poésie Senghor

    BÉATRICE  BONHOMME

    est un écrivain, poète, essayiste et directrice de revue française.

     

    Béatrice Bonhomme-Villani est née en 1956 à Alger. Son père, Mario Villani (1916-2006), élève de Jean Grenier, est peintre et elle vit ses premières années avec ses quatre frères dans une atmosphère artistique mêlée de musique et de peinture. Sa mère, grande conteuse, lui apprend le goût des mots. Elle rencontre dans cette enfance les paysages méditerranéens, mais aussi la belle campagne du Berry, dont plusieurs de ses textes restent imprégnés. Elle suit ses études à Nice en Hypokhâgne et Khâgne au Lycée Masséna. En 1994, elle a créé avec Hervé Bosio la revue NU(e) qui comptait fin 2012 cinquante-et-un numéros, tous consacrés à des poètes, dont Salah Stétié, Jacques Réda, Bernard Vargaftig, Michel Deguy, Michel Butor, Yves Bonnefoy, Marie-Claire Bancquart, James Sacré, Lorand Gaspar, Henri Meschonnic, Gérard Engelbach, Jean-Claude Renard, Claude Louis-Combet, Jude Stéfan, Jacques Ancet, Eugène Guillevic, Esther Tellermann, Mahmoud Darwich, Marie Étienne, Gaston Puel, Jean-Michel Maulpoix, Bernard Noël, Werner Lambersy, Claude Ber. Deux numéros sont consacrés à des relectures de Pierre Jean Jouve. Fin 2004, elle a créé avec Jean-Yves Masson la Société des lecteurs de Pierre Jean Jouve qui publie des Cahiers aux Editions Calliopées. Elle a publié des recueils de poésies et divers volumes d'essais critiques notamment sur Pierre Jean Jouve, Jean Giono, Salah Stétié et la poésie contemporaine. Agrégée de Lettres modernes, elle soutient à Aix-en-Provence une thèse de 3° cycle sur l’œuvre de Jean Giono, puis en 1987 une thèse d’Etat sur Pierre Jean Jouve : Les Jeux de l’Écriture et la Quête du Sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve (sous la direction de Jacques Chabot). Depuis 1990, elle enseigne la littérature française, d'abord à l'université d'Aix-en-Provence puis à celle de Nice. Elle a créé en 2003, au sein du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants de l’Université de Nice-Sophia Antipolis), un axe de recherche dédié à la poésie : POIEMA.Béatrice Bonhomme poursuit une réflexion sur la nature « diagonale » du poétique. Son travail critique porte sur la poésie moderne et contemporaine et sur les liens entre la poésie et les autres arts, plus particulièrement les arts visuels. Elle a organisé de nombreuses manifestations où la poésie était associée aux autres arts et à la philosophie et tente d'apporter du lien entre analyse critique et scientifique, recherche théorique, sensibilité et création poétique. Elle privilégie l'entre-deux de l'art, la "porosité" au monde, la notion de mémoire, les problématiques du rythme et de la traduction en poésie. Elle a centré son activité autour de ce désir de faire passer, de transmettre la parole des poètes modernes et contemporains. Ses activités de poète, de chercheur, de professeur, d’écrivain, de revuiste, d’éditeur, convergent toutes vers ce même but, celui de fédérer des recherches sur la poésie moderne et contemporaine, de faire connaître et aimer la voix de cette poésie et de mettre en lumière sa dimension esthétique, philosophique ou éthique.

    Son œuvre poétique a été regroupée et republiée en 2004 par les éditions Melis. Des préfaces (de Bernard Vargaftig, Claude Louis-Combet, Salah Stétié, Serge Ritman, Tristan Hordé) ouvrent cinq livres qui pénètrent dans un univers de poésie habité par la réserve, la fêlure, la présence de la mort, mais aussi par le caractère miraculeux de toute rencontre, rencontres de l'aubier ou de l'oiseau. Cette poésie crée un état de disponibilité intérieure où tout peut devenir événement. Béatrice Bonhomme a fait de nombreux livres avec des artistes contemporains dont Serge Popoff, Henri Maccheroni, Albert Woda, Alberte Garibbo, Jean-Marie Rivello, Danielle Androff, Claudine Rovis, Thierry Lambert, Maurice Cohen, Isabelle Raviolo, Claire Cuenot, Michel Steiner, Youl, Sonia Guerin. En 2005, un nouveau recueil est paru : La Maison abandonnée. En 2002, son texte Poumon d'oiseau éphémère donne lieu à un diaporama réalisé par Bérénice Bonhomme. En 2012, elle crée un spectacle de lanterne magique "kaléidoscope d'enfance" avec son fils Stello Bonhomme (illustration), sa fille Bérénice Bonhomme (réalisation) et son frère Philippe Villani (musique). Après la mort de son père en 2006, Béatrice Bonhomme a organisé plusieurs expositions et écrit deux textes en hommage à ce peintre : Mutilation d'arbre (2007) et Passant de la lumière (2008).

    Prix de poésie Senghor

    Béatrice Bonhomme, poète, a fondé avec Hervé Bosio la Revue Nu(e), qui édite des poètes contemporains depuis 1994.
    Elle a publié des livres de poèmes dont Les Gestes de la neige (L’Amourier), Le Nu bleu (L’amourier) Cimétière étoilé de la mer (Mélis) et La Maison abandonnée (Melis, 2006). Elle a également réalisé plusieurs livres avec des peintres.
    Parmi les titres à paraître en 2008 peuvent être signalés une biographie sur Pierre Jean Jouve aux éditions Aden et un livre sur la poésie contemporaine : Mémoire et porosité aux éditions Melis.


    Béatrice Bonhomme

    présentation du lauréat par Giovanni Dotoli

    Béatrice Bonhomme qui vit à Nice entre montagne et mer, est née à Alger dans une famille d’intellectuels et d’artistes, musiciens, peintres, philosophes et elle a choisi les mots comme être-au-monde. Elle a publié son premier texte en revue en 1986, son premier recueil en 1991. Depuis plusieurs livres se sont succédés :
    Le premier recueil L’Age d’en haut insiste ainsi sur les lieux de l’enfance niçoise puis des lieux de la campagne du Berry
    Jeune homme marié, nu se rapproche du Cantique des Cantiques
    Photographies, écrit en versets, exprime la présence obsédante d’un amour in absentia
    Poumon d’oiseau éphémère montre l’homme face à la précarité et à la mort.
    Cimetière étoilé de la mer, en versets également, est placé face à la conscience de la déchirure et d’un lien cosmique au monde.
    La Maison abandonnée alterne poèmes et poèmes en prose et mêle, dans une véritable fresque, souvenirs et couleurs.
    Mutilation d’arbre, Passant de la lumière et Variations du visage et de la rose, dans des textes d’amour, de mort et de lien à la création, rendent hommage au père peintre.
    Kaléidoscope d’enfance retrace des éclats d’enfance à travers le prisme d’une lanterne magique. Il a donné lieu à un spectacle et à un diaporama.
    L’indien au bouclier constitue également un retour au lien familial et à l’enfance à travers l’évocation du frère.

    Béatrice Bonhomme a également écrit des romans, des pièces de théâtres, des journaux et des livres d’artiste. Son œuvre a été fêtée dans un ouvrage collectif paru chez Peter Lang. On trouve une véritable réflexion sur la forme dans son travail, du vers au verset où elle se situe dans sa recherche formelle dans la lignée Segalen, Jouve.

    Pour elle, tout est lié et repose sur l’amour très concret, qu’elle éprouve pour les mots et la littérature. Elle a associé écriture de poésie, critique littéraire et direction d’une revue importante dans laquelle elle a publié de très nombreux poètes francophones, permettant ainsi à la poésie contemporaine d’être davantage diffusée et reconnue. Sa propre écriture, relève du même geste, de faire passer. Tout poète est un traducteur du monde sensible, il le traduit dans ses propres signes pour le partager avec les autres. Le geste de Béatrice Bonhomme est le geste du passeur. Il n’y a ainsi qu’un seul geste, celui lié à l’amour de la poésie.
    Béatrice Bonhomme s’est en effet, dès l’enfance, tournée vers les mots qui l’ont d’emblée passionnée. Le fil déclencheur de l’écriture, la première expérience, a été celle de l’apprentissage de la lecture par sa mère, non entre les murs d’une école, mais en pleine nature, dans les collines niçoises dans les herbes brûlées de chaleur, un petit rosier aux fleurs sauvages et roses, des églantines peut-être, dont elle sentait le parfum à côté d’elle. De ce mot qu’un jour elle est parvenue à déchiffrer sont nées la magie, la possession, l’impression d’avoir à soi le monde entier. Ce mot et de lui la puissance de saisir.

    Les mots dans les textes de Béatrice Bonhomme sont les mots mêmes de la respiration ou du manque de respiration, du souffle, du cœur et du sang. Le pouls du poème est un rythme qui bat, comme le pouls de la mer, comme un flux et un reflux. Avec un aller-retour, un travail sur la répétition, sur la litanie, la syntaxe devient rythme. La poésie est un rythme, un rythme physique comme la marche ou la danse. L’esthétique de la poésie passe aussi pour Béatrice Bonhomme à travers ce travail sur la répétition qu’elle poursuit depuis ses premiers textes et qui serait également musique et rythme. La poésie est une chorégraphie et qui est fondée sur une répétition pulsionnelle, une relance, une litanie presque rituelle. Le poème est un battement à tu et à toi avec un autre, avec le monde, dans un rythme comme vague, comme sang, un rythme de flux et de reflux.
    On comprend, dès lors, que la poésie de Béatrice Bonhomme soit une poésie « amoureuse ». Je veux dire par là que l’amour sous toutes ses formes la traverse : amour du ciel et de la mer, amour d’une terre lumineuse et charnelle, amour des corps, amour du langage. Amour, désir de coïncidence. D’où la passion, l’intensité érotique de cette poésie. D’où sa sensualité violente parce que toujours menacée qui parfois s’inscrit dans la lignée de la mystique érotique de Pierre Jean Jouve sur lequel la poète a écrit sa thèse.
    En outre, si Béatrice Bonhomme a choisi l’écriture poétique c’est parce que, pour elle, ce qui est partageable en poésie, c’est paradoxalement ce qui est le plus singulier, notre émotion sans mesure commune mais qui devient commune par les mots de la poésie. Comme si le plus incommunicable devenait le plus commun et inversement. L’absolu singulier devient le commun. Loin de nous enfermer dans la sphère du sentiment personnel, le lyrisme nous projette vers l’autre. Qui n’a pas vécu cela ? Une maison abandonnée, c’est comme l’enfance, nous en avons tous une dans le cœur. C’est devenu une matière de poème comme un pigment sur la fresque, une couleur grattée par le pinceau, une gravure dans l’eau-forte. Comme le dit Philippe Beck : « Le moment où le moi se dit c’est un moment impersonnel […] le moment où l’amour se dit de façon intense, serrée, tenue, c’est un moment impersonnel, un moment d’impersonnalité paradoxale ».
    Lorsque Béatrice Bonhomme écrit en poésie, elle traite d’archétypes comme ceux du corps souffrant, ou bien de l’amour, de la maison abandonnée, du deuil. Ce sont des choses partagées par tous. Il s’agit d’amener l’absolu singulier dans les parages du commun. L’émotion poétique, comme le dit Michel Collot, en ce qu’elle a de spécifique, est un mouvement qui part du plus intime mais se projette dans le monde et dans les mots. La poésie est pour Béatrice Bonhomme un moment d’échange et d’universalité. Cependant la généralité n’est pas donnée. C’est le fruit d’un travail, d’un effort d’écriture. Et le vers tente de rendre ce moment partageable par tous, l’amour, l’enfance, la perte, ou plus simplement l’eau de la pompe, les pierres, les oiseaux, l’herbe, la mousse, les rencontres quotidiennes, un regard sur le monde. Les vers constituent pour elle une sorte de chant lyrique, un échange où tous peuvent se retrouver.
    Enfin la poésie lui paraît capable de transmettre des comportements, une éthique, une philosophie, des rituels humains, des relations aux éléments, qui gardent toute leur importance dans un monde de plus en plus déshumanisé, qui souvent se cache derrière des écrans et qui a perdu le lien à l’autre et au monde. La poésie pour Béatrice Bonhomme justement, c’est le lien retrouvé, le lien tissé dans l’amour ou la mort, le lien à l’autre, le lien au monde. Les motifs du bleu, de la mer et de la lumière des paysages méditerranéens sont tissés, cousus ensemble et apparaissent comme dans une tapisserie, une fresque, un tissage dans l’amour du monde et des mots.

    Giovanni Dotoli

     

     *

    LIVRES DE POEMES :
     

    L'Age d'en haut (Traces, 1991)
    Le Pas de la clé (La Vague à l'âme, 1992)
    Lieu-dit du bout du monde (Encres vives, 1994)
    In Absentia (An Amzer, 1994)
    Jeune homme marié nu (1° édition Nue 1995)
    L'univers n'en sait rien (1° édition Nue, 1995)
    Sauvages (1° édition Moires, 1996)
    Le dessaisissement des fleurs (1° édition Rafaël de Surtis, 1997)
    Journal de l'absence initiée (Encres vives, 1998)
    Poumon d'oiseau éphémère (1° édition Moires 1998)
    Les Gestes de la neige (L’Amourier, 1998)
    Sabre au Clair (Tipaza, 1998)
    La Grève blanche (Collodion, 1999)
    Le Nu bleu (L’Amourier, 2001)
    Nul et non avenu (Collodion, 2002)
    L'Age d'en haut (Mélis, 2004, préface Tristan Hordé)
    Jeune homme marié, nu (Mélis, 2004, préface de Salah Stétié)
    Poumon d'oiseau éphémère (Mélis, 2004, préface de Bernard Vargaftig)
    Photographies (Mélis, 2004, préface de Serge Martin)
    Cimetière étoilé de la mer (Mélis 2004, préface de Claude Louis-Combet )
    La Maison abandonnée (Mélis, 2006, 4°de couverture de Bernard Vargaftig,)
    Mutilation d’arbre (Collodion 2008, préface de Bernard Vargaftig,),
    Passant de la lumière (L’Arrière-Pays, 2008),
    Précarité de la Lumière (La Rivière échappée, la Canopée, 2009),
    Variations du visage et de la rose (L'Arrière-Pays, 2013)
    Kaléidoscope d'enfance, (Nu(e) 2012)
    L'Indien au bouclier (Collodion, 2014)

    *

    TEXTES ET VOIX DANS DES FILMS :
     

    Poumon d'oiseau éphémère (2007)
    Kaléidoscope d'enfance (2012)
    Le Point du jour (2016) :
    1 Nice
    2 Cluis
    3 La Rose

    *

    RECIT, JOURNAL, PIECE DE THEATRE :
     

    Dernière adolescence, récit poétique (Nu(e) 2002)
    Marges, journal (Nu(e) 2002)
    La Fin de l'éternité, pièce de théâtre (Nu(e) 2002), traduite en espagnol et jouée à Grenade en 2019.

    *

    OUVRAGE CONSACRE A L’ŒUVRE DE BEATRICE BONHOMME :
     

    Le mot, la mort, l’amour, Peter Lang, 2013 (éd. Ilda Tomas et Peter Collier), 2013, 437 pages)

     


    OUVRAGES DE CRITIQUE LITTÉRAIRE :

    1. Béatrice Bonhomme, La Mort Grotesque chez Jean Giono, (Préface de Jacques Chabot), Paris, Éditions Nizet, décembre 1995, 192 pages. 

    2. Béatrice Bonhomme, Jeux de la Psychanalyse, Initiation et Images de la femme dans l’Écriture jouvienne, Paris, Éditions Minard, Lettres Modernes, Archives des Lettres Modernes, 1994, 129 pages.
    3 Béatrice Bonhomme, Le Roman au XXe siècle à travers dix auteurs (de Proust au Nouveau Roman), (Préface de Raymond Jean), Paris, Éditions Ellipses, 1996, 205 pages.
    4. Béatrice Bonhomme, La Condition Humaine de Malraux, Paris, Éditions Ellipses, 1996, 113 pages.
    5. Béatrice Bonhomme, Jean Giono, Collection Mentor, Paris, Éditions Ellipses, 1999, 125 pages.
    6. Béatrice Bonhomme, Salah Stétié en miroir, Amsterdam-Atlanta, Éditions Rodopi, 2000, 80 pages.
    7. Béatrice Bonhomme, Le Nu bleu, essai sur la poésie, Coaraze, Éditions L’Amourier, 2001, 50 pages.
    8. Béatrice Bonhomme, Les Rondes, chansons et comptines enfantines, Nice, Éditions Nu(e), 2005, 104 pages.
    9. Béatrice Bonhomme, Mémoire et chemins vers le monde dans la poésie contemporaine, Tome 1, Colomars, Éditions Melis, septembre 2008, 212 pages.
    10. Béatrice Bonhomme, Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure, Biographie de Pierre Jean Jouve, Paris, Éditions Aden, 2009, 445 pages.

     

     DIRECTIONS d'OUVRAGES COLLECTIFS :
     

    1. Béatrice Bonhomme, Anna Jaubert, Don Juan, Actes du colloque Don Juan, 12 mars 1994, Université Nice-Sophia Antipolis, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 112 pages.
    2. Béatrice Bonhomme, Christiane Blot-Labarrère, Pierre Jean Jouve, Actes du colloque international, 24-26 novembre 1994, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lille, Éditions Roman 20/50, 293 pages.
    3. Béatrice Bonhomme, André Malraux, Actes du colloque André Malraux, 15 mars 1996, Université Nice-Sophia Antipolis Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 88 pages.
    4. Béatrice Bonhomme, Jacques Chabot, Giono autrement, L’Apocalyptique, le panique, le dionysiaque, Actes du colloque Jean Giono, Anniversaire du centenaire, mars 1995, Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence, 117 pages.
    5. Béatrice Bonhomme, Un Divertissement royal d’après Jean Giono, Actes du colloque Jean Giono, Université Nice-Sophia Antipolis, mars 1996, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 125 pages.
    6. Béatrice Bonhomme, Michel Erman, Claude Simon, Actes du colloque Claude Simon, Université Nice-Sophia Antipolis, Dijon, Éditions Le Texte et l’Edition, 1998, 136 pages.
    7. Béatrice Bonhomme, Samuel Beckett, Actes du colloque Samuel Beckett, Université de Nice-Sophia Antipolis, 26 janvier 1999, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, réédition en ligne Loxias (Revel) 2010.
    8. Béatrice Bonhomme, André Tosel, La Philosophie du XXe siècle et le défi poétique, Paris, Revue Noésis, Diffusion-Distribution Jean Vrin, 2004, 170 pages.
    9. Béatrice Bonhomme, Françoise Armengaud, André Verdet, le pur espace poésie, Paris, Éditions L’Harmattan, 2004, 148 pages.
    10. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, Le Genre de la revue littéraire, Université de Nice-Sophia Antipolis, Publication en ligne, Loxias (Revel), 2004.
    11. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Le Rythme dans la poésie et les arts. Interrogation philosophique et réalité artistique, Paris, Éditions Honoré Champion, 2005, 409 pages.
    12. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Sylvie Puech, Le Trait : langue, visage, paysage. De la lettre à la figure, Paris, Éditions L’Harmattan, avril 2007, 2 tomes, dont 1 consacré à la publication de textes poétiques, l’autre à des contributions critiques, 404 + 192 pages.
    13. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Le Rêve et la ruse dans la traduction de poésie, Paris, Éditions Honoré Champion, octobre 2007, 380 pages.
    14. Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Libres horizons. Pour une approche comparatiste, Collection « Lettres francophones. Imaginaires », Paris, Éditions L’Harmattan, janvier 2008, 487 pages.
    15. Béatrice Bonhomme, Laure Michel, Patrick Quillier, Frédéric Jacques Temple ou l’aventure de vivre, Université de Nice-Sophia Antipolis, Publication en ligne Loxias, (Revel), 2008 ; ré-édition, Poitiers, Revue de La Licorne, 2010.
    16. Béatrice Bonhomme, Jean-Yves Masson, Pierre Jean Jouve, Poète européen, Collection « Les Cahiers Jouve » n° 1, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, 277 pages.
    17. Béatrice Bonhomme, Serge Martin, Jacques Moulin, Avec les poèmes de Bernard Vargaftig, Actes du colloque de Cerisy-la-salle, Vallongues, Méthode ! Revue de Littérature n° 15, janvier 2009, 190 pages.
    18. Béatrice Bonhomme, Intégrités et Transgressions de Pierre Jean Jouve, Actes du colloque Cerisy-la-Salle, Collection « Les Cahiers Jouve » n° 2, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2010, 278 pages.
    19. Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty, Musées de mots. L’héritage de Philostrate dans la littérature occidentale, Genève, Éditions Droz, 2010, 250 pages.
    20. Béatrice Bonhomme, Odile Gannier, Francis Ponge et la robe des choses, Paris, Éditions L’Harmattan, 2011, 274 pages.
    21. Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Josiane Rieu, Hélène Baby, Echos poétiques de la Bible, Paris, Éditions Honoré Champion, 2012, 752 pages.
    22. Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Tristan Hordé, James Sacré, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Revue L’Étrangère n° 29-30, Bruxelles, Éditions de La Lettre volée, 2012, 530 pages.
    23. Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort, Jacques Moulin, Dans le feuilletage de la terre, sur l’œuvre poétique de Marie-Claire Bancquart, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Oxford, Éditions Peter Lang, 2012, 529 pages.
    24. Béatrice Bonhomme, Jean-Pierre Triffaux, Christine Di Benedetto, Babel revisité, l’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène, Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, 288 pages.
    25. Béatrice Bonhomme, Cristina Pirvu, Dumitra Baron, Traversées poétiques de la littérature et des langues, Paris, Éditions L’Harmattan, 2013, 700 pages.
    26. Béatrice Bonhomme, Hervé Bosio, La Revue Nu(e), 10 entretiens sur la poésie actuelle, Bruxelles, Editions de la Lettre Volée, 2013, 145 pages.
    27. Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Jude Stéfan, le festoyant français, Paris, Editions Honoré Champion, 2013, 304 pages.
    28. Béatrice Bonhomme, Gabrielle Althen, Et la lumière a ri, Nice, Editions de la Revue Nu(e), 2013.
    29. Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, La poésie comme espace méditatif ? Paris, Éditions Garnier, 2014, 347 pages.
    30. Béatrice Bonhomme, Christine Di Benedetto, Filomena Iooss, Jean-Pierre Triffaux, Babel aimée, La choralité d’une performance à l’autre, du théâtre au carnaval, Paris, Editions L’Harmattan, 2014, 395 pages.
    31. Béatrice Bonhomme, Marie Joqueviel-Bourjea, René Despestre, Le Soleil devant, Paris, Hermann, « le vertige de la langue », 2015, 415 pages.

    Direction de la Revue Nu(e)
    60 numéros sur la poésie contemporaine.

    Articles sur les XXème et XXIème siècles
    - Articles sur l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve

    1988 :
    1. « Les Jeux de l’Écriture et la Quête du Sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve ». Paris, Bulletin des thèses n° 23 nov / déc 1988.
    2. « L’esthétique alchimique dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 3, Jouve et ses curiosités esthétiques 1, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard 1988, p. 111-169.
    1992 :
    3. « Écriture et Fantastique dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 4, Jouve et ses curiosités esthétiques 2, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 1992, p. 197-222.
    1994 :
    4. « Les Jeux de l’Écriture dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve », Jouve 5, Jouve et les jeux de l’Écriture 1, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 1996, p. 125-155.
    1995 :
    5. « Le passage de la Morte et son sens fondamental dans la genèse de l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve ». Colloque Pierre Jean Jouve, direction Christiane Blot-Labarrère et Béatrice Bonhomme, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lille, Éditions Roman 20/50, 1996, p. 23-39.
    1996 : 
    6. « Pierre Jean Jouve : Poésie, Musique et Peinture », sous la direction de Eveline Caduc, Université de Nice-Sophia Antipolis, Nice, Revue Interspaces, 1998, p. 47-75.
    1998 :
    7. « L’écriture de Pierre Jean Jouve : une quête mystique », Pierre Jean Jouve, la force du mot, textes réunis par Christiane Blot-Labarrère, Revue des Sciences Humaines, n° 250, 2e trimestre, Lille, Presses de l’Université de Lille III, 1998, p. 84-105.
    2001 :
    8. « Les Jeux de l’espace littéraire », Jouve 6, Jouve et les jeux de l’Écriture 2, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes Paris, Minard, 2001, p. 171-200.
    2002 :
    9. « Jouve et Mallarmé » – Colloque de l’ENS de Tunis, dans La poétique de Mallarmé, sous la direction de Samir Marzouki et Kamel Gaha, Éditions de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 151-182.
    10. « La tentation idéologique chez Pierre Jean Jouve », Colloque international L’Abbaye de Créteil : l’utopie et le monde, Université de Paris XII-Val de Marne, Créteil. 3/4 mai 2002, sous la direction de Laurence Campa et Jérôme Thélot, Créteil, Publications, « Les Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil », Université de Paris XII-Val de Marne, décembre 2004, p. 45-56.
    2003 :
    11. « Le modèle mallarméen : Pierre Jean Jouve entre Éros et Thanatos », Pierre Jean Jouve, sous la direction de Jean-Baptiste Para et Daniel Leuwers, Paris, Revue Europe, nov-déc. 2004, n° 907-908, p. 55-63.
    12. « Hélène dans les années profondes », Relectures de Pierre Jean Jouve 1, sous la direction de Béatrice Bonhomme, Nice, Revue Nu(e), mars 2003, p. 25-29.
    2004 :;
    13. « Le mythe féminin dans l’œuvre de Pierre Emmanuel et de Pierre Jean Jouve. Rencontres et convergences », Colloque de Paris IV-Sorbonne Pierre Emmanuel, sous la direction de François Livi, à paraître.
    2006 :
    14. « De Baudelaire à Jouve », dans Le Texte dans le texte, Université de Montpellier III, sous la direction de Renée Ventresque, à paraître.
    15. « Pierre Jean Jouve, Poésie, Musique et peinture », Colloque de l’Université de Louvain-la-Neuve, Pierre Jean Jouve et Henry Bauchau, les voix de l’altérité, sous la direction de Myriam Watthee-Delmotte et Jacques Poirier, Collection « Écritures », Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, octobre 2006, p. 107-128.
    16. « Modernité de Pierre Jean Jouve à travers l’œuvre du poète contemporain Salah Stétié », dans Modernité de Pierre Jean Jouve, Jouve 8, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, La Revue des Lettres Modernes, Paris, Minard, 2006, p. 109-130.
    2007 : 
    17. « La Chine intérieure chez Saint-John Perse, Segalen, Jouve et Bauchau », dans Habiter le monde en poète, Henry Bauchau ou le livre en partage, sous la direction de Catherine Mayaux et Myriam Watthee-Delmotte, Université de Cergy-Pontoise, 8, 9 et 10 mars 2007, Université Paris 8, Saint-Denis, Vincennes, Publication P.U.V, décembre 2008, p. 1-12.
    18. « La Réticence dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve à partir des recueils Ode et Langue : esthétique du retrait, effacement du signe et blancheur de la neige », dans La Réticence dans des écritures poétiques et romanesques contemporaines, sous la direction de Jacqueline Michel, Université de Haïfa, Département de Langue et littérature françaises. Groupe de Recherche sur la poésie contemporaine, 19-20 mars 2007, Charentes, Éditions Tastet 2007, p. 41-48.
    2008 :
    19. « Poésie et Prose comme giration volumineuse », Pierre Jean Jouve, voyage au bout de la psyché, sous la direction de Lakis Proguidis et Gilles Haéri, Revue Atelier du Roman n° 56, Paris, Flammarion Boréal, décembre 2008, p. 30-34.
    20. « Pierre Jean Jouve, un itinéraire spirituel ou l’allégement d’une poétique » dans Regards sur la poésie du XXe siècle, Tome 1, sous la direction de Laurent Fels, Namur, Presses de l’Université de Namur- Editions Namuroise, décembre 2008, p. 337-358.
    21. « La chambre bleue de Paulina ou la brillance d’un poème baroque » dans Le Baroque dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve, Jouve, n° 9, sous la direction de Christiane Blot-Labarrère, Revue des Lettres Modernes Paris, Minard, à paraître.
    2009 : 
    22. « Wanda Rupolo, Pierre Jean Jouve et l’Italie, une rencontre passionnée », dans Cahiers Pierre Jean Jouve n° 1-2009, Jouve poète européen, textes réunis par Béatrice Bonhomme et Jean-Yves Masson, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, p. 97-98.
    23. « Pierre Jean Jouve, la ‘conversion’ de 1924 ou la quête du sacré : la place des mystiques italiens », dans Cahiers Pierre Jean Jouve n° 1-2009 Jouve poète européen, textes réunis par Béatrice Bonhomme et Jean-Yves Masson, Paris, Éditions Calliopées, octobre 2009, p. 265-275.
    24. « Rencontre entre Mandiargues et Jouve » dans Plaisir à Mandiargues, Colloque du centenaire, Caen, 14-17 mai 2009, organisé par le Centre de recherche de l’Université de Caen Basse-Normandie (LASLAR), en partenariat avec l’IMEC, avec le soutien des Célébrations nationales et la collaboration de l’Université Paris X-Nanterre. Comité sous la direction de Marie-Paule Berranger (Université de Caen), Claude Leroy (Université Paris X-Nanterre), Sibylle Pieyre de Mandiargues, Paris, Éditions Hermann, 2011, p. 311-332.
    2010 :
    25. « Préface », Cahiers Pierre Jean Jouve n° 2-2010 Intégrités et transgressions de Pierre Jean Jouve, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Paris, Éditions Calliopées, juin 2010, p. 13-16.
    26. « La quête philosophique. « La Faute » ou Le Traité du désespoir : Jouve et Kierkegaard », Cahiers Pierre Jean Jouve n° 2-2010 Intégrités et transgressions de Pierre Jean Jouve, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Paris, Éditions Calliopées, juin 2010, p. 63-85.
    2011 : 
    27. « Blanche et non écrite. Blanche Reverchon entre Jouve et Bauchau », sous la direction de Yves Broussard, Marseille, Revue Phoenix, avril 2011, n° 2, p. 52-61.
    28. « Proses de Pierre Jean Jouve », dans Colloque La Poésie en prose au XXe siècle, Fondation des Treilles, 26 septembre-1 octobre 2011, sous la direction de Peter Schnyder, Les Cahiers de la NRF, « Les Entretiens de la Fondation des Treilles », Paris, Gallimard, p. 194-216.

    2012 :
    29. Introduction générale », p. 9-31 ; « Pierre Jean Jouve et le modèle biblique, entre interprétation et recréation du Paradis perdu à « L’Apocalypse », p. 591-605, dans Echos poétiques de la Bible, textes réunis et présentés par Béatrice Bonhomme, Josiane Rieu, Aude Préta de Beaufort, Hélène Baby, Paris, Éditions Honoré Champion, 2012.
    2013
    30. « Correspondance Pierre Jean Jouve et Jean Donnadieu », Archives de la Bibliothèque de Berne, Berne, Editions Quarto, 2013.
    31. « Jouve et Hölderlin » Colloque Poète cherche modèle, mars 2013, ENS de Lyon, direction Corinne Bayle, à paraître
    2014 :
    32. « La « Fable mystique » dans Paulina 1880 de Pierre Jean Jouve », colloque « Roman mystique, mystiques romanesques », Université de Lorraine, direction Aude Préta-de Beaufort et Isabelle Villermain.
    2015 :
    33. « Romain Rolland vivant et En Miroir, les deux facettes, en regard, d’un même art poétique. » Colloque « Ecrire en Suisse pendant la Grande Guerre », 26 et 27 mars 2015, l'Institut de Français de l'Université de Berne, direction Michèle Crogiez Labarthe et Nicolas Morel.
    34. « Jouve et le secret brûlant de la création : l’entre-deux poésie et prose ou la giration intervallaire » dans Cahiers Pierre Jean Jouve 3-2012 : Pierre Jean Jouve, vivre et écrire l’entre-deux, sous la direction de Dorothée Catoen, Paris, Éditions Calliopées, 2015, p. 143-150.
    35. « Entre fécondité et mort : Jouve et le complexe de la Parque », dans Cahiers Pierre Jean Jouve 3-2012 : Pierre Jean Jouve, vivre et écrire l’entre-deux, sous la direction de Dorothée Catoen, Paris, Éditions Calliopées, 2015, p. 151-170.

     Articles sur la poésie moderne et contemporaine :

    1994 :
    1. « L’écriture de Duras ou la réécriture du livre : L’Amant de la Chine du Nord ou L’Amant recommencé ». Le Nouveau roman en question : Nouveau Roman et archétypes, Revue des Lettres Modernes, Collection : « L’Icosathèque », sous la direction de Roger-Michel Allemand et Alain Goulet, Paris, Minard, 1994, p. 121-161.
    1995 : 
    2. « Nouvelle autobiographie et fiction chez les ‘Nouveaux Romanciers’. Exemple de Marguerite Duras », Autobiographie et fiction romanesque, sous la direction de Jacques Domenech, Nice, Publications Faculté des Lettres, 1995, p. 271-287.
    3. « La Véritable recherche, étude littéraire du Chapitre IV de la première partie de L’Emploi du temps » Ouvrage collectif, Michel Butor, L’Emploi du Temps, Paris, Éditions Ellipses, 1995, p. 119-122.
    1996 :
    4. « Éluard et la Poésie contemporaine, rapprochements », Colloque « Éluard » de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, Eluard a cent ans, textes réunis et présentés par Colette Guedj, Les Mots, la Vie, Revue sur le surréalisme, Publications du Groupe Éluard, Paris, Éditions l’Harmattan, 1998, p. 331-340.
    5. « Antiquité et modernité de La Modification de Michel Butor », dans Antiquité et nouveaux mondes, sous la direction de Josiane Rieu, Centre de Recherches Littéraires Pluridisciplinaires, Nice, Publications Faculté des Lettres 1996, p. 273-290.
    1997 :
    6. « Lecture d’une femme », Colloques de Pau et Cerisy-la-Salle sur Salah Stétié, juillet 1996. Textes réunis et présentés par Daniel Leuwers et Christine van Rogger Andreucci, Presses Universitaires de Pau, 1997, p. 83-94.
    7. « Apercu bio-bibliographique, la vie et l’œuvre », Albert Camus, La Chute, Ouvrage collectif, Paris, Éditions Ellipses, 1997, p. 7-13.

    1998 :
    8. « Salah Stétié, poète du double », Imaginaires francophones, direction A. Chemain, CRLP, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, p. 66-84.
    9. « Salah Stétié, le poète passeur », Colloque International de L’AEFECO Leipzig, 30 mars-4 avril 1998, Unité et diversité des écritures francophones, quels défis pour cette fin de siècle ? Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale n° 10, sous la direction Fritz-Peter Kirsch et Arpad Vigh, Leipziger Universitätsverlag, 2000, p. 277-291.

    1999 :
    10. « Espace et paysage méditerranéens dans les textes de Le Clézio », Musée Matisse, puis Faculté des Lettres, 27 novembre 1997. Publication dans Les Cahiers de Narratologie Appliquée n° 9-1999, Espace et voix narrative, textes réunis et présentés par Marc Marti, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1999, p. 10-31.
    11. « Espace et voix narratives dans le poème contemporain », Publication dans Les Cahiers de Narratologie Appliquée n° 9-1999, Espace et voix narrative, textes réunis et présentés par Marc Marti, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 1999, p. 175- 203
    2000 :
    12. « Dédicaces à La Parque. Éléments d’analyse », Colloque à l’Université de Pau sur Jude Stéfan, 20-21-22 mai 1999, Jude Stéfan, poète malgré, textes réunis par Christine Andreucci, Presses de Université de Pau, 2000, p. 51-57.
    13. « Si on voit tout sans rien voir ? de James Sacré : une expérience du désert », Colloque sur la poésie contemporaine, Dalhousie University, Halifax, Canada, 24-25 septembre 1999, in La Poésie française aujourd’hui, textes réunis par Daniel Leuwers, Tours, Publications de l’Université François Rabelais, 2001, p. 71-79.
    14. « Une expérience contemporaine du désert, James Sacré (poète) et Sonia Guerin (peintre) », La représenta tion du désert, textes présentés et réunis par Hédia Abdelkfi, Colloque de Tozeur des 22/23/24 Novembre 2000. Ouvrage publié par l’Association Joussour Ettawassol, avec le concours de la Faculté des lettres et Sciences humaines, Université de Sfax pour le Sud, janvier 2002, p. 165-174.
    15. « Gérard de Nerval et Yves Bonnefoy, une poétique de la simplicité », Yves Bonnefoy et le XIXe siècle, Université de Tours, Colloque 14/15/16 octobre 2000, sous la direction de Daniel Lançon, Tours, Publication de l’Université de François Rabelais, 2001, p. 179-194.
    2001 :
    16. « La mémoire de l’oubli dans l’œuvre de Philippe Jaccottet », Philippe Jaccottet, La mémoire et la faille, textes réunis et présentés par Renée Ventresque, Montpellier, 2/3/4 mai 2001, Publication Université Paul-Valéry, Montpellier III, 2002, p. 57-73.
    17. « Une lecture d’Anacoluptères de James Sacré », 17/18/19 mai 2001 à Pau, Colloque James Sacré, textes réunis et présentés par Christine Van Rogger Andreucci, Saint-Benoît-du-Sault, Editions Tarabuste, 2002, p. 30-36.
    18. « Mémoire et métamorphose dans l’œuvre de Serge Popoff » dans le cadre du Colloque international sur L’art Français et Francophone depuis 1980. Dalhousie University, 27, 28 septembre 2001, sous la direction de Michael Bishop et Christopher Elson, Amsterdam-New-York, Éditions Rodopi, 2005, p. 39-42.
    19. « Salah Stétié, une poésie entre exil et communauté », dans le cadre du Colloque Poésie, terre d’exil. Rencontres internationales avec Salah Stétié, 5/6/7 novembre 2001 à l’Université de Montréal, textes réunis et présentés par Alexis Nouss, Montréal, Éditions Trait d’union, « le soi et l’autre », 2003, p. 113-131.
    20. « Une poésie de l’essentiel ou comment inverser l’expérience en innocence », Usage de Salah Stétié, Bretagne, Éditions Blanc Silex, 2001, p. 107-120.
    2002 :
    21. « Une poésie du retrait et de l’angularité entre exil et communauté à travers les œuvres de Salah Stétié, Bernard Vargaftig et André du Bouchet ». Actes du Colloque de Bari, 14 janvier 2002, Où va la poésie française au début du troisième millénaire ? sous la direction de Giovanni Dotoli, Schena editore, Bari/Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, p. 64-78.
    22. « Quête d’identité dans Lecture de Robert Sabatier », Colloque La Revue Sud (1970-1996) et la création poétique contemporaine, Université de Toulon et du Var, « Var et Poésie », 2002, textes réunis par Michèle Monte, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 253-260.
    23. « Désert mystique dans les œuvres de Pierre Jean Jouve et Salah Stétié », Colloque Poétique et imaginaire du désert, Université Paul Valéry de Montpellier III et Université d’Avignon, 2002, textes réunis par Jean-François Durand, Publications Université Montpellier III, 2005, p. 319-329.
    24. « Artaud et Giono : rencontres épidémiques », Colloque Antonin Artaud écrivain du Sud, sous la direction de Thierry Galibert, Marseille, Centre des Écrivains du Sud, Aix-en-Provence, Édisud, 2002, p. 83-93.
    25. « Jacques Réda, voyageur dans la ville. Une lecture de La Liberté des rues », Colloque international, Centre de recherche sur la littérature des voyages, Paris-IV-Sorbonne, 2002, Les Récits du dernier siècle des voyages, de Victor Segalen à Nicolas Bouvier. Château de la Napoule, publication en ligne sur le site du CRLV, 2002, textes réunis et présentés par Olivier Hambursin, Paris, PUPS, 2005, p. 213-222.
    2003 :
    26. « Le Loup de Verdet. Une mise en regard avec le Loup de Vigny », Actes du colloque organisé à l’Université de Nice André Verdet, Le pur espace poésie, mars 2003, sous la direction de Françoise Armengaud et Béatrice Bonhomme, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 75-83.
    27. « Mémoire vivante : nature, sensualité et alchimie de l’écriture dans Le Temps de la Transmutation de Jean Claude Renard », Colloque international de Toulon, mars 2003, Jean-Claude Renard, l’hôte des Noces. Aspects du lyrisme contemporain, textes réunis et présentés par André-Alain Morello, Paris, Éditions Honoré Champion, 2007, p. 45-52.
    28. « La Ronde de la Mémoire », Henri Meschonnic, la pensée et le poème, Colloque de Cerisy, sous la direction de Gérard Dessons, Serge Martin et Pascal Michon, Paris, Éditions In PRESS, diffusion PUF, Distribution Flammarion, 2005, p. 105-117.
    29. « Entre notes, observations et autres inscriptions, les proses de Jaccottet ou le journal d’une écriture », Colloque international de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, octobre 2003, Les Genres littéraires émergents, textes rassemblés et présentés par Jean-Marie Seillan, Paris, Éditions L’Harmattan, 2005, Chapitre XII, p. 247-263.
    2004 :
    30. « Ville et Archéologie chez Butor », Michel Butor à Nice, sous la direction de Laurence Jeandidier, Publications Bibliothèque Louis Nucéra, Nice, mars 2004, p. 31-44.
    31. « L’inscription de l’Histoire dans l’œuvre de Claude Simon », en collaboration avec Bérénice Bonhomme, dans le cadre du CERIEL à Strasbourg, Université Marc Bloch, Séminaire Écritures de l’Histoire, sous la direction de Gisèle Séginger, Publications de l’Université de Strasbourg, 2005, p. 277-291.
    32. « Lettre à chanter au Señor José Martin Elizondo de Serge Pey, le lyrisme d’une incantation et le rythme d’un combat », Colloque international de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, direction Andréas Pfersmann, mars 2004, Serge Pey et l’internationale du rythme, L’Atelier des Brisants, Liancourt, Dumerchez, 2009, p. 271-278.
    33. « Salah Stétié, Rimbaud le huitième dormant », dans le cadre du Colloque Rimbaud organisé par Pierre Brunel, Paris IV-Sorbonne, mai 2004, à paraître.
    34. « Huit variations sur l’œuvre de Bernard Noël », Avec Bernard Noël, toute rencontre est l’énigme, sous la direction de Serge Martin, La Rochelle, Éditions Himeros / Rumeur des Alpes, 2004, p. 35-47.
    35. « Rimbaud : La porosité comme modernité poétique », Rimbaud et la modernité, Actes du colloque de Naples, 6-7 décembre 2004, dirigés par Giovanni Dotoli et Ralph Heyndels, textes réunis et présentés par Giovanni Dotoli et Carolina Diglio, Coll. « Transatlantique », Bari/Paris, Schena Editore/Presses Universitaires de la Sorbonne, Biblioteca della Ricerca, 2005, p. 91-102.
    36. « La poésie et le lieu », La philosophie du XXe siècle et le défi poétique, Revue Noesis n° 7 sous la direction de Béatrice Bonhomme et André Tosel, Paris, diffusion Vrin, printemps 2004, p. 147-164.
    37. « Les Gestes de langue dans l’œuvre de James Sacré », James Sacré, sous la direction de Yves Broussard, Gémenos, Revue Autre Sud, n° 27, décembre 2004, p. 29-44.
    2005-2006 :
    38. « Salah Stétié, une poésie entre cercle et ligne », Colloque Université de Nice sur Le Trait, de la lettre à la figure, mars 2005, direction Béatrice Bonhomme, Micéala Symington, Sylvie Puech, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 150-160.
    39. « Les lieux de la poésie de Heather Dohollau », juin 2005, Colloque Cerisy, Heather Dohollau, l’évidence lumineuse, direction Daniel Lançon et Tanguy Dohollau, Le Housset, Éditions Folle avoine, 2006, p. 36-44.
    40. « Mémoire et porosité dans l’œuvre de Henri Meschonnic », 31 mars 2006, Colloque sous la direction de David Ellison, University of Miami, Contemporary French & Francophone Studies, Sites : Situating French/ Situer le Français, sous la direction de : Roger Célestin et Eliane DalMolin, David Ellison, Volume 11, n° 3, Routledge, August 2007, p. 351-360.
    2007 : 
    41. « Antonin Artaud : Le corps excessif », Colloque L’Excès, signe ou poncif de la modernité ?, 25-27 janvier 2007, Université Jean Moulin, Lyon 3, Centre Jean Prévost, Groupe Marge, sous la direction de Lionel Verdier et Gilles Bonnet, Les Cahiers de Marge, Paris, Éditions KIME, 2009, p. 205-222.
    42. « Le Paysage de Pierre Dhainaut », journée d’étude à Paris IV Sorbonne, sous la direction de Jean-Yves Masson et Aude Préta-de-Beaufort, 28 avril 2007, à paraître.
    43. « Le Corps dans l’œuvre de Marie-Claire Bancquart », Voi(es)x de l’Autre : femmes poètes XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Patricia Godi et Bernadette Hidalgo-Bachs, Clermont-Ferrand II, 7, 8 et 9 novembre 2007, Centre de Recherches sur Les Littératures et la Sociopoétique CELIS, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010, p. 443-451.
    2008 :
    44. « Claude Louis-Combet, rencontre avec l’œuvre de Henri Maccheroni : le poème de Claude Louis-Combet ou la Vision inaugurale », Visions, Visitations, Passions en compagnie de Claude Louis-Combet, textes réunis et présentés par Stéphanie Boulard, Clichy, Éditions de Corlevour, 2008, p. 201-206.
    45. « Une poétique de Salah Stétié », Numéro Spécial sur Salah Stétié, NUNC, revue passagère 15, sous la direction Marc-Henri Arfeux, mars 2008, Clichy, Éditions de Corlevour, p. 118-120.
    46. « Henri Meschonnic, une révolution poétique ou l’invention d’une ligne entre droite, courbe et angularité », direction Alain Chanéac, Le Cheylard, revue Faire part, juin 2008, p. 20-23.
    47. « Michel Deguy, Etude d’un poème : Le Métronome », Twentieth-Century French Poetry, a Critical Anthology, Edited by Hugues Azérad and Peter Collier, Cambridge University Press, 2010, p. 195-203.
    48. « Bernard Vargaftig, Colin-maillard de l’intervalle », Colloque Cerisy Avec les poèmes de Bernard Vargaftig, l’énigme du vivant, direction Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Serge Martin, juillet 2008, Vallongues, Méthode ! revue de Littératures, n° 15, 2009, p. 73-80.
    49. « Benoît Conort, la poésie ou la mort : casser les murs », Journée Benoît Conort, Écrire dans le noir, organisée par Jean-Yves Masson et Corine Godmer, Paris IV-Sorbonne, samedi 6 décembre 2008, Nice, Revue NU(e) n° 41, juin 2009, p. 111-119.
    50. « Jacques Darras ou le verset par-delà les frontières », Colloque Jacques Darras, poète de la fluidité, Université de Nice-Sophia Antipolis 4, 5 et 6 décembre 2008, organisation Patrick Quillier et Laure Michel, Bruxelles, Édition Le CRI, 2010, p. 87-97.
    2009 :
    51. « Présentation de Segalen », Regards sur la poésie du XXe, Tome 2, Direction Laurent Fels, Publication Presses de l’Université de Namur, à paraître.
    52. « Marguerite Duras, la poésie », actes du Colloque L’Art du décentrage, Université de Haïfa, textes présentés et réunis par Jacqueline Michel, Paris, Éditions Publisud, janvier 2009, p. 193-204.
    53. « Mémoire et porosité dans l’œuvre de Guillevic », Guillevic, maintenant, Colloque Cerisy, 11-18 juillet 2009, sous la direction de Michael Brophy et Bernard Fournier, Paris, Éditions Honoré Champion, 2011, p. 161-173.
    2010 :
    54. « Frédéric Jacques Temple, mémoire et porosité de l’être au monde dans « La Chasse infinie », colloque Saorge Fréderic Jacques Temple, l’aventure de vivre, nov. 2007, direction Béatrice Bonhomme, Patrick Quillier, Laure Michel, Publication en ligne, Revue Loxias, 2008 (Revel), repris par les Éditions de La Licorne, Poitiers, 2010, p. 119-128.
    55. « Le Roi Cophetua : nouvelle ou galerie de tableaux ? » dans Musée de Mots, l’héritage de Philostrate dans la littérature occidentale, direction Sylvie Ballestra-Puech, Béatrice Bonhomme, Philippe Marty, Genève, Éditions Droz, 2010, p. 173-183.
    56. « Introduction » ; « Francis Ponge et James Sacré, une poétique de la relativité » dans Francis Ponge et la robe des choses, collection Thyrse n° 2, textes réunis et présentés par Béatrice Bonhomme et Odile Gannier, Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, p. 7-11 ; p. 209-220.
    57. « Pour introduire » ; « Portrait du père en pointillés » dans Actes du Colloque de Cerisy James Sacré, septembre 2010, direction Béatrice Bonhomme, Jacques Moulin, Bruxelles, Revue L’Étrangère n° 29-30, Éditions de La Lettre volée, 2012, p. 15-22 ; p. 105-118.
    2011 :
    58. « Préface » ; « Marie-Claire Bancquart, l’énigme du temps », Marie-Claire Bancquart dans le feuilletage de la terre, Actes du Colloque de Cerisy, septembre 2011, direction Béatrice Bonhomme, Aude Préta de Beaufort, Jacques Moulin, Oxford, Éditions Peter Lang 2012, p. XIII-XV ; 27-41.
    2012 :
    59. « Serge Pey, la poésie ou le rythme d’un engagement » dans Relation du poème à son temps : interrogations contemporaines, textes réunis et présentés par Jacqueline Michel et Annette Shahar, Bern, Editions Peter Lang, 2012, p. 193-203.
    60. « Introduction » ; « Les douces dures sœurs stéfaniennes, dans le feuilletage de leurs différentes incarnations mythologiques », 21 pages, dans Jude Stéfan, le festoyant français, Colloque de Cerisy, septembre 2012, direction Béatrice Bonhomme, Tristan Hordé, Paris, Éditions Honoré Champion, à paraître en 2014, p. 7-14 ; p. 41-61.
    61. « Introduction » ; « Salah Stétié ou l’espace poétique d’une méditation », 29-30 novembre 2012, La poésie comme espace méditatif. Organisation Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi, à paraître, Paris, Editions Garnier, 2014, p. 3-7 ; 183-191.
    62. « Le geste d’écriture chez Philippe Jaccottet ou le témoignage déjà effaçable-ineffaçable d’un passage ». 13-14 décembre 2012, Ineffacer l’œuvre et ses fins, Colloque international University College Dublin, direction Michael Brophy, Mary Gallagher, à paraître, Paris, Editions Garnier.
    63. « Préface » ; « Images d’espace dans deux pièces de Beckett » dans Babel revisitée, l’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène, Collection « Thyrse », Paris, L’Harmattan, 2012, p. 9-16 ; p. 19-35.
    2013 : 
    64. « Introduction » ; « Salah Stétié entre langue française et langue arabe », Traversées poétiques des littératures et des langues, textes réunis par Béatrice Bonhomme, Cristina Pirvu, Dumitra Baron, Collection «Thyrse», Paris, L’Harmattan », 2013, p. 7-38 ; 181-195.65.
    65. « L’amour filial, l’éveil et l’enfantement dans la mort », février 2013, Université de Strasbourg, Colloque sur Alain Suied, direction Michèle Finck, à paraître.
    66. « Salah Stétié, le monde et le mot, noyaux d’une méditation ou comment Stétié-Ulysse se fait aussi Pénélope la tisseuse», Paris, BNF, Evénement autour de l’exposition Salah Stétié, 4 avril 2013 dans D’Orient et d’Occident, Revue Souffles Numéro spécial Les Ecrivains Méditerranéens, Vol 74, 244-245, sous la direction de Maxime Del Fiol, Cournonterral, juillet 2014, p. 239-257.
    67. « Du conte à la poésie, à la philosophie et à la politique : Lecture de Chants populaires de Philippe Beck », L'Esprit Créateur, La poésie à l’œuvre : Poetry, Philosophy, Politics, Spring 2015, Volume 55, Numéro 1, p. 78-89.
    68. « La rédification des contes populaires dans l’œuvre poétique de Philippe Beck », Colloque de Cerisy, Un chant objectif aujourd’hui, août 2013, à paraître, Paris, Editions José Corti.
    69. « La porosité de l’être au monde dans l’œuvre de Lorand Gaspar », Colloque Lorand Gaspar et la matière-monde des Université de Pau et de Tunis, 12/13/14 novembre 2013, à paraître.
    70. « Le corps carnavalesque d’Antonin Artaud », Colloque Babel 2, Babel aimée, la choralité d’une performance à l’autre, du théâtre au carnaval, mars 2014, Collection « Thyrse », Paris, L’Harmattan, 2014, p. 87-99.
    2015 :
    71. « Dans l’éclat et la lumière de la rupture : une écriture de l’être et de la fulgurance », Revue Nu(e) numéro 56 consacré à Jean-Paul Michel, novembre 2014, p. 89-95.
    72. « Articulation du réel et du poétique », Revue Europe n°1031, mars 2015, p. 53-61.
    73. « Articulations du poétique et du politique dans l'écriture d'Emaz », Colloque Dire le réel en poésie aujourd’hui, Université de Saint-Etienne, décembre 2014, organisation Béatrice Bonhomme et Evelyne Lloze, Hermann, 2016.
    74. « Du geste au mot, pour introduire à la poétique de James Sacré ». Colloque Les gestes du poème, Université de Rouen, avril 2015, Organisation Caroline Andriot-Saillant et Thierry Roger.
    75. « Avant-propos » (p. 5-13) ; « Une parole de moisson pour que naisse la céréale dorée de l’humain », dans René Depestre, Le Soleil devant, Paris, Hermann, 2015, p. 75-86.
    76. « La fleur fermée de l’être », Poésie sur Seine, numéro 88, avril 2015, p. 11-15.
    77. « Remarques sur l’effacement et l’ineffacement dans l’œuvre de Philippe Jaccottet » Ineffacer l’œeuvre et ses fins (dir. Michael Brophy), Hermann, 2015, p. 119-129.
    77. « A Giovanni Dotoli, le peintre des mots », De l’ordre et de l’aventure, Langue, Littérature, Francophonie, Hommage à Giovanni Dotoli, (dir. Pierre Brunel, Philippe Desan, Jean Pruvost), p. 36.
    78. « Introduction »« Salah Stétié ou l’espace poétique d’une méditation », La Poésie comme espace méditatif ? (dir Béatrice Bonhomme, Gabriel Grossi), Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 7-14 ; p. 283-296.

     

     

     

     

     

     

     

     

    « CV Charles CarrèrePrix Horace »