• Prix Jean-Louis Forain

    Prix Jean-Louis Forain

    PRIX  européen JEAN-LOUIS FORAIN

    2016

    Prix Jean-Louis Forain

    Prix Jean-Louis Forain

     

    Prix Jean-Louis Forain

    Prix Jean-Louis Forain

    Prix Jean-Louis Forain

    PIERRE  CAYOL

     

    Pierre Cayol est né à Salon-de-Provence le 14 août 1939. Il a suivi l'École nationale des Arts Décoratifs de Grenoble, puis l'Académie Jullian à Paris. Quand son choix de devenir peintre s'est affirmé, il a travaillé sous les conseils de Marcel Féguide, peintre installé à Eygalières, qu'il considère comme son maître. Depuis 1968, il oeuvre dans son atelier à Tavel dans le Gard. Sa première exposition personnelle était à Arles en 1965. De nombreuses autres ont suivi en France et à l'étranger. En juin 2012, au Musée d'art Sacré de Pont-Saint-Esprit dans le Gard. En 2013, en Belgique, à la Maison Culturelle de Quaregnon, puis à Liège dans le cadre du festival Cointe Montmartre ; en septembre à la Maison des Parcs Nationaux à Tucson – Arizona. Souvent sollicité pour participer à des expositions de groupes et des salons en tant qu'invité d'honneur. Il est Sociétaire du Salon d’Automne de Paris depuis 1984 et a des oeuvres dans plusieurs musées. Si la peinture est sa technique dominante, en parallèle il a toujours beaucoup dessiné et travaillé en collaboration avec des poètes et des écrivains pour réaliser des livres d'artiste. Les oeuvres sur papier - dessins, gravures à l'eau-forte, linogravures - constituent une part importante de son oeuvre.

    Grand passionné par les Indiens d’Amérique du Nord, Pierre Cayol séjourne régulièrement en Arizona et au Nouveau-Mexique, chez les Navajos, les Apaches, les Hopis et les Pueblos. Depuis trente ans, grâce à ses amis il s'est imprégné de la pensée amérindienne. La mythologie, les symboles et la philosophie de ces populations ont un impact de plus en plus fort sur son travail d'aujourd'hui.

    Il est en permanence dns la Galerie Orenda, 54 5ue de Verneuil à Paris, la Galerie Perrier, 6 Rue Folco de Baroncelli à Avignon et dans les Galeries en ligne, Michèle Champetier et Catherine Borghèse.

     

     

     

    Détail des manifestations depuis 2010 :

    2010 :

    • Exposition à Valence, Salle des Clercs

    •Exposition aux Genêts d'Or , Avignon
    •Salon des livres d'artistes à Cornilhon (Gard)

    •Livre d'artiste: Le Chant de Naatsisààn, texte de Marie Cayol illustré de six linogravures
    •Voyage dans le Sud-ouest de l'Amérique du Nord

    •Exposition à L'atelier, 37 Rue des Lavandières en compagnie d'Edmond Hänni

      

    2011 :
    •Exposition à Pont Saint Esprit, Librairie Le Chant de la Terre, oeuvres graphiques
    •Présentation Le jardin d'Eros avec Jean Joubert, à Pont Saint Esprit et à Avignon
    •Participation aux Chromalies, Valence
    •Décor pour le spectacle du Groupe Ca Ira, "Comment Wang Fô fut sauvé" joué au Musée Vouland à Avignon
    •Sept oeuvres sur papier pour la Galerie Michelle Champetier
    •Entrée à la Galerie en ligne Catherine Borghèse
    •Dix toiles choisies pour Artissu
    •Participation à l'exposition « Poetica Erotica », Galerie Orenda, Paris
    •Voyage en territoire indien, Arizona et Nouveau-Mexique
    •Exposition à L'atelier, 37 Rue des Lavandières en compagnie de Raphaël Louzé, sculpteur


    2012 : 
    •Exposition à Sauve (Gard) avec le groupe Cha-Bal
    •Conférence dans le cadre de l'Académie de Lascours sur: De la culture amérindienne du Sud-Ouest américain et de son influence sur mon travail
    •Exposition Galerie Orenda, Paris avec Tony Abeyta et Edwards Curtis (Regards croisés de l'Ouest Américain)
    •Nouvelles oeuvres sur papier pour le site de la Galerie Champetier
    •Exposition au Musée d'Art sacré de Pont Saint Esprit
    •Exposition à la Maison Culturelle de Quaregnon en Belgique
    •Livre d'artiste: Rainbow Bridge, texte de Marie Cayol illustré de cinq linogravures
    •Voyage en territoire indien, Arizona et Nouveau-Mexique

    2013•Exposition à Liège dans le cadre du festival Cointe Montmartre
    •Livre d'artiste: Minérales, texte de Béatrice Libert avec six linogravures

    •Exposition à la Galerie Le Passage à Saint Emilion
    •Exposition à la Galerie Perrier, Avignon
    •Atelier ouvert pour la manifestation "Couleurs Tavel"
    •Exposition à la maison des Parcs Nationaux à Tucson, Arizona
    •Voyage en territoire indien, Arizona, Nouveau-Mexique et Sud Dakota
    •Livre d'artiste: Sur un chant navaho, poème de Frédéric-Jacques Temple illustré par une linogravure rehaussée au crayon de couleurs

    •Exposition à la librairie "Le chant de la terre" à Pont Saint Esprit
    •Livre d'artiste: Psaume de l'olivier, texte de Joseph Pacini illustré de sept linogravures

    2014 :

    •Exposition à la Galerie Perrier, Avignon
    •Participation au Salon de Saint-Laurent-des-Arbres
    •Salon d'art contemporain de Sorgues, sur le thème l'ivresse

    •Manifestampe, Tour Phillipe Le Bel et Médiathèque de Villeneuve-lez-Avignon

    •Illustre avec une eau-forte deux livres de Joseph Pacini: Chemins d'errance et Lettre à Léa

    •Voyage en territoire indien, Arizona, Nouveau-Mexique et Colorado

    •Exposition au Chapter House de Navajo Mountain (Arizona)
    •Exposition à la Galerie Orenda, Paris, sur le thème "Nos méditerranées"
    •Exposition à la Galerie Catherine Borghèse à Baar, en Suisse Allemande, sur le thème des Nus

     

    2015 :

    •Invité d'honneur du Salon de Port de Bouc
    •Livre d'artiste avec Gerald Vizenor,( Anishinabee): Accalmie - Calm in the storm

    •Exposition particulière à Saint-Chamas (13), Chapelle Saint-Pierre
    •Exposition particulière à la médiathèque d'Uzès, Errances - Oeuvres graphiques, livres d'artiste, peintures sur papier
    •Voyage en territoire indien, Arizona, Nouveau-Mexique et Texas

     

      

    Présentation de Pierre Cayol pour le Prix Jean-Louis Forain 2016

    par

    Alice-Catherine Carls

    Artiste peintre, illustrateur, Pierre Cayol attend que vous alliez à sa rencontre. Allez sur son site: www.pierre-cayol.com ; ses oeuvres vous y accueilleront avec chaleur. Si vous désirez voir ses oeuvres exposées, rendez vous à la Galerie Orenda, 53 rue de Verneuil. Pierre Cayol expose beaucoup, notamment comme invité d’honneur en France, Belgique, Suisse, Autriche, Italie, et Espagne, ainsi qu’aux Etats-Unis et au Japon. Ses oeuvres figurent dans plusieurs musées et il est Sociétaire du Salon d’Automne de Paris depuis 1984. Si vous désirez visiter son atelier, vous devrez vous rendre à Tavel où il œuvre depuis 1968. Il est Provençal, européen, et citoyen du monde.
    Pierre Cayol fut formé à l'École nationale des Arts Décoratifs de Grenoble et à l'Académie Jullian de Paris. Puis il travailla sous les conseils de Marcel Féguide, peintre et pastelliste lui aussi amoureux de la Provence et grand voyageur. En effet, on retrouve dans les oeuvres de Pierre Cayol comme un écho des techniques de Marcel Féguide, tels l’ampleur des paysages, la quasi-transparence des couleurs qui leur donne une mouvance particulière, la juxtaposition des plans, la connaissance des symboles, et la précision du dessin. L’oeuvre de Pierre Cayol est ample et féconde, généreuse et sobre; elle est un véritable plaisir pour les yeux et pour l’âme. Outre ses nombreux tableaux, il travaille en collaboration avec des poètes. Il a ainsi produit 19 livres d’artiste, dont l’ouvrage qui a été nommé pour ce prix, une sélection de haikus par le poète américain Anishinaabe Gerald Vizenor intitulée Calm in the Storm / Accalmie (2015). Parmi les auteurs qu’il a illustrés se trouvent son épouse Marie, Marc Alyn, Joseph Pacini, Jean Joubert, Béatrice Libert, Nohad Salameh, et Frdric Jacques Temple. Pierre Cayol a également exécuté des décors pour le groupe théâtral “Ça ira” (nom révolutionnaire par excellence).
    Ce qui frappe tout d’abord dans ses tableaux, ce sont les correspondences des thèmes d’un médium à l’autre. Comme si d’infinies variations tissaient des réponses, en une longue méditation créatrice qui en ajusterait toutes les parties. Pierre Cayol nous dit ce qu’il aime: les décors et les corps, et comment il les aime. Ses paysages et ses intérieurs sont des parures royales, l’une naturelle, l’autre humaine. Au centre se trouve le corps féminin nu. Ces thèmes qui célèbrent la beauté essentielle du monde permettent d’entrer immédiatement dans l’oeuvre grâce à l’émotion. Émotion tout de suite mitigée par l’esprit qui s’applique à déchiffrer la géométrie des tableaux et leurs significations étagées dans les formes et imbriquées dans les couleurs. La règle corrige l’émotion et l’émotion corrige la règle, disait George Braque. Cette oscillation de l’esprit invite le spectateur à cheminer vers l’infini de l’existence. Pierre Cayol s’exprime du reste “avec beaucoup de dessin et peu de couleurs,” comme le disait van Gogh qu’il aime citer. Ses toiles sont ordre, harmonie, et durée. Le romancier et poète Jean Joubert voyait dans ses toiles un “air de bonheur” et l’appelait un “poète de la peinture.”
    Poète de la nature: voici des paysages ouverts et d’immenses plaines qui font contrepoint aux Alpilles de Provence et aux canyons du sud-ouest américain, notamment le Canyon de Chelly en Arizona, spectaculaire demeure de la nation Navajo. Ces monuments du royaume minéral sont déclinés  la mine de plomb, en huiles, en aquarelles, en acryliques, et en gravures pour les poèmes de Francine Caron et de Marie Cayol. Les camaïeux des couleurs rehaussent le trait libérateur qui souligne le mouvement immobile de la pierre. Poète des intérieurs: voici des chambres, tables, et natures mortes qui reflètent elles aussi un équilibre aux aguets, une sensibilité tranquille toujours prête à détecter les résonances multiples entre la nature et l’homme. Les symboles s’y accumulent – tissus fleuris, cigales bleues, poupées Kachina, pétroglyphes, oiseau peyotl, et tortues. Que ce soit par la couleur, le trait, ou le symbole, Pierre Cayol fait vibrer le temps et y inscrit la vie.
    On ne saurait clore cette présentation sans évoquer, de façon intuitiste et rapide, d’autres aspects marquants. Les bleus de l’ “Hommage à Van Gogh” sont d’une douceur exquise. Les nus chantent le féminin. La géometrie des formes et la fierté des cambrures indiquent la sérenité de corps porteurs de vie. Puis il y a les ensembles : hommage aux quatre communauts indiennes qu'il connait le mieux: Apache, Hopi, Havajo, et Pueblo, un ensemble de toiles mystérieuses et solennelles, tout comme les quatre acryliques bibliques – la Genèse , Pièta, la vision d’Ézechiel, et ce que j’interprète comme l’Annonciation et qui s’intitule “Un ange est passé.” “Le Cirque” renvoie à un Chagall qui aurait appris la geometrie euclidienne, et à un Klee débarrassé de sa raideur. Univers magique, la peinture de Pierre Cayol nous réconcilie au sacré en nous ancrant dans le réel.

     Alice-Catherine Carls

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Prix CassiopéePrix Botticelli »