• Prix Ovide

     

    Prix Dante 2013

     PRIX  EUROPÉEN  FRANCOPHONE de traduction
    OVIDE  2017

    (auteur étranger traduit en français)

     Prix Botticelli  2013

     

     

    Prix OVIDE

     Ovide (Publius Ovidius Naso), naquit à Sulmone, dans l'Abruzze citérieure, le 13 des calendes d'avril, ou le 20 mars de l'an 711 de Rome, 45 ans avant l'ère chrétienne. Le surnom de Naso qu'il hérita de sa famille avait, dit-on, été donné à un de ses aïeux, à cause de la proéminence de son nez, comme celui de Cirero, illustré par le grand orateur de ce nom, lui était venu de l'un de ses pères, remarquable aussi par une petite excroissance placée à l'extrémité du nez, et ressemblant à un pois chiche. Ovide fut élevé à Rome et y fréquenta les écoles des maîtres les plus célèbres, avec son frère Lucius, plus âgé que lui d'une année, et qui mourut à vingt ans. Un penchant irrésistible entraînait Ovide vers la poésie ; il consentit toutefois à étudier pour le barreau, pour obéir à l'expresse volonté de son père, qui appelait les vers une occupation stérile et Homère un indigent. Il promit de renoncer à la poésie, qui était déjà comme sa langue naturelle, et de n'écrire désormais qu'en prose ; il l'essaya : "Mais les mots, nous dit-il, venaient d'eux-mêmes se plier à la mesure et faisaient des vers de tout ce que j'écrivais." Une si impérieuse vocation, au lieu de désarmer son père, ne fit que l'irriter davantage ; et l'on prétend qu'il ne s'en tint pas toujours aux remontrances ; mais, poète en dépit de lui-même, Ovide, tandis qu'on le châtiait, demandait grâce dans la langue des muses, et c'était en vers qu'il s'engageait n'en plus faire.

      

    Prix Botticelli  2013

    Prix Ovide

     

     

    Prix Ovide

     

     

    Prix Ovide

    Prix Ovide

     ROCIO  DURÁN BARBA

    Juriste, journaliste, ambassadrice, poète, romancière, essayiste, artiste-peintre. 

    Née à Quito, en Équateur, Rocío Durán‑Barba se passionne très tôt pour les lettres, notamment la lecture, la poésie et la peinture. Elle décide dans un premier temps, de poursuivre des études universitaires dans le domaine du droit, et obtient auprès de l’Université Catholique de lÉquateur, une licence en Sciences Politiques et Sociales, un Doctorat en Droit, ainsi que son diplôme d’avocat.

    À l’étranger elle poursuit des études d’art auprès de la Finishing School Colorado Womens College à Denver aux États Unis, obtient un post‑doctorat en Sciences Internationales à l’Université de Vienne en Autriche où elle suit également des cours auprès de l’École Diplomatique et un Doctorat en Droit International auprès de l’Université de la Sorbonne à Paris.

     C’est à Paris qu’elle rencontre son mari et décide de s’installer. Depuis 1994 elle partage sa vie entre Paris, Genève et Quito. Elle possède les nationalités équatorienne et française.

     

    Carrière professionnelle :

     Après avoir été professeur à l’Université Catholique de Quito, consultante auprès du Département Légal de l’Unesco et Attachée Culturelle de l’Ambassade de l’Équateur auprès de l’Unesco, Rocío Durán‑Barba décide de se consacrer à sa grande passion : la culture.

    ‑Elle réalise à Paris plusieurs reportages vidéo pour la télévision équatorienne.

    ‑Elle écrit plus de 700 chroniques d’opinion pour le quotidien équatorien El Comercio (Quito) et le réseau Diarios de América.

    ‑Elle rédige des articles pour plusieurs revues : Correos del Arte (Madrid), Arte Hispano (Madrid), Libros Abiertos (Paris), Espacios Latinos (Lyon), Letras del Ecuador (Quito), Podium (Guayaquil), Iecaim (Quito), Revista del Servicio Exterior Ecuatoriano Afese (Quito)

    ‑Elle publie aussi des interviews exclusives avec le Président François Mitterrand, l’artiste Michael Jackson et le célèbre peintre colombien Luis Caballero.

    Rocío Durán‑Barba a été membre du Cercle de la Presse Française, du Cercle de la Presse de l’Equateur et de  El Comercio . Elle est membre du groupe de la Presse à Genève.

    Équatorienne et française, elle vit et travaille entre Paris, Genève et l’Équateur. Ses chroniques ont été publiées dans des journaux et des revues en Amérique Latine et en Europe. Elle a interviewé de nombreuses personnalités dont le Président François Mitterrand et a réalisé des documentaires pour la télévision. Elle a exposée son oeuvre artistique en Équateur, aux États-Unis et en France. L’une des plumes les plus remarquables dans l’univers actuel de la littérature latino-américaine (Claude Couffon). Elle est l’auteur de plus de quarante livres, qui ont obtenu de nombreuses distinctions et dont la plupart ont été traduits en français, certains en anglais, en arabe et en kabyle. Membre de plusieurs groupes de presse, de poésie et de salons littéraires, elle a participé à de multiples réunions et à des festivals internationaux où elle a présenté son oeuvre littéraire ainsi que des récitals poétiques musicaux autour de thèmes qui lui sont chers : l’identité, la recherche des racines historiques, les principes et les traditions des peuples, les valeurs culturelles, les profondes vérités du monde, de la vie

    Elle dirige une Fondation Culturelle (Équateur) et l’association Lettres en vol (Paris) Rocío Durán-Barba est Ambassadrice Universelle de la Culture, nommée par l’État de la Bolivie et l’Unesco en 2015.

     

    Parutions traduites en français et en autres langues étrangères :

     Romans :

     Ici ou nulle part, Indigo, 2003, traduit en français par Claude Couffon.

     Poésie :

    Paris, poème bleu, Porte des poètes, 2005, traduit en français par Claude Couffon. 

    Un voyage et rien dautre, El Conejo, 2006, traduit en français par Claude Couffon. 

    Née dans un cratère, El Conejo, 2007, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo et par Claude Couffon. 

    Quest-ce que le sacré ? Allpamanda, 2008, traduit en français par Claude Couffon, 

    traduit en anglais par Francesca Piana, traduit en arabe par Ahcene Mariche,

    traduit en kabile par Idir Bellali.

    Hymne à léternel printemps, Caractères, 2010, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Le verbe du désert, Allpamanda, 2011, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt,

    traduit en arabe par Ahcene Mariche, traduit en kabile par Idir Bellali.

    Délires dété, Allpamanda, 2013, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Entre le Sahara et les Andes, Allpamanda, 2013, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

    Les légendes de Cantuña, Allpamanda, 2016, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo.

    Livres d’art :

     Le verbe du désert, tirage numéroté, 2011, traduit en français par Nathalie Lalisse-Delcourt.

      L’univers de l’art équatorien, tirage numéroté, 2012, traduit en français par Martine Guichard.

    Essais :

    L’autre Pablo Neruda, Báez-Oquendo, 2004, traduit en français par Claude Couffon. 

    J’ai quelque chose à dire... 1968-2008, Allpamanda, 2008, traduit en français par Annie Cueva et Estelle Murray.

    L’univers de l’art équatorien, Allpamanda, 2012, traduit en français par Martine Guichard.

    Mini-contes d’écrivains de l’Équateur, Allpamanda, 2014, traduit en français par les ateliers de traduction de la Maison Internationale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo.

     

    Ouvrage(s) proposés; trois ouvrages parus en 2016:

    Équateur (roman, écrit directement en français),

    Regards croisés (peintres équatoriens et poètes français),

    Une voix me le dit (poésie).

     Carrière professionnelle :

    Après avoir été professeur à l’Université Catholique de Quito, consultante auprès du Département Légal de l’Unesco et Attachée Culturelle de l’Ambassade de l’Équateur auprès de l’Unesco, Rocío Durán‑Barba décide de se consacrer à sa grande passion : la culture.

    ‑Elle réalise à Paris plusieurs reportages vidéo pour la télévision équatorienne.

    ‑Elle écrit plus de 700 chroniques d’opinion pour le quotidien équatorien El Comercio (Quito) et le réseau Diarios de América.

    ‑Elle rédige des articles pour plusieurs revues : Correos del Arte (Madrid), Arte Hispano (Madrid), Libros Abiertos (Paris), Espacios Latinos (Lyon), Letras del Ecuador (Quito), Podium (Guayaquil), Iecaim (Quito), Revista del Servicio Exterior Ecuatoriano Afese (Quito)

    ‑Elle publie aussi des interviews exclusives avec le Président François Mitterrand, l’artiste Michael Jackson et le célèbre peintre colombien Luis Caballero.

    Rocío Durán‑Barba a été membre du Cercle de la Presse Française, du Cercle de la Presse de l’Equateur et de  El Comercio . Elle est membre du groupe de la Presse à Genève.

     

    Distinctions et prix :

     Femme de l’année 2013 avec distinction spéciale , (Équateur).

    La Médaille  Manuela Sáenz, Libertadora del Libertador, en el GradoInternacional de Primera Clase , la plus haute distinction décernée par l’Académie Bolivarienne d’Amérique qui l’a aussi nommée  membre académique .

     La Médaille de la Haute Assemblée  2014, décernée par le Sénat Français.

    La Médaille de Vermeil , décernée par la Société Académique  Arts-Sciences-Lettres  de Paris.

    La  Pomme d’or de la Red de Poetas de Buenos Aires, Argentine



     

     

     

     

     

     

    « Nos lauréats à l'honneur*1*Prix Horace »