• Prix Ovide

     

    PRIX européen OVIDE

    2020

    Prix Ovide

     

     

    Prix Ovide

     

    Prix Ovide

     SHIZUE  OGAWA

     

    Shizue Ogawa est Japonaise. Elle réside à Konan City dans la province de Shiga. Diplômée de littérature anglaise, elle a étudié l’art et le haiku. Elle a été enseignante et, depuis plusieurs années elle se consacre à la peinture et à la poésie. Sa présence en Europe, discrète mais constante, les résonnances de la culture occidentale dans son œuvre, en font une ambassadrice culturelle de première importance.

    Courriel : shizue@poems-poems.com

     *

    Livres en japonais :

    Water – A Soul at Play (I). (Konan City, Japan: Doyo Bijutsusha, 2015). ISBN 978-4-8120-2289-4. Présentation par Michèle Duclos. 177 p.
    Flames – A Soul at Play (II). (Konan City, Japan: Doyo Bijutsusha, 2015). ISBN 978-4-8120-2290-0. 155 p.
    Sound – A Soul at Play (III). (Konan City, Japan: Doyo Bijutsusha, 2015). ISBN 978-4-8120-2291-7. 153 p. Avec brochure séparée. 27 p.

    Livres bilingues japonais-anglais :

    Clouds – A Soul at Play VII (Konan City, Japan: Ed. Tokyo Kashimura Office, 2019). 195 p. Translated by Soraya Umewaka and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-08-8.

    Land – A Soul at Play VI (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2014). 183 p. Translated by Soraya Umewaka and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-05-7.

    Sea – A Soul at Play V (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2014). 180 p. Translated by Soraya Umewaka and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-01-9.

    Wind – A Soul at Play IV (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2009). 198 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-00-2.

    Sound – A Soul at Play III (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2007). 180 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-944229-71-0.

    Flames – A Soul at Play II (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2005). 194 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 4-944229-53-4. CD available, under the same title. Poems read by Shizue Ogawa and Donna Tamaki.

    Water – A Soul at Play I (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2002, 2nd Printing). 158 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-944229-76-5.

    Water – A Soul at Play I (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 1999). 158 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-944229-75-8.

    Brochures annuelles bilingues japonais-anglais :

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Tokyo Kashimura Office, 2019). 43 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-13-2.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Tokyo Kashimura Office, 2018). 39 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-12-5.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Book Center, Shinzansha Tokyo, 2016). 41 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-10-1.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Book Center, Shinzansha Tokyo, 2015). 39 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-07-1.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2014). 37p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-06-4.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2013). 43 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-04-0.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2011). 35 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-02-6.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service Center Tokyo, 2010). 39 p. Traduit par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-19-4.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Iwanami Publishing Service
    Center Tokyo, 2009). 39 p. Traduit par Y. Aoki-Laieb, Donna Tamaki, Jonathan Brewer et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-18-7.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2008). 23 p. Traduit par Donna Tamaki et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-17-0.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2007). 29 p. Traduit par Donna Tamaki et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-16-3.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 2006). 28 p. Traduit par Donna Tamaki et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-15-6.

    A Collection of Poems by Shizue Ogawa. Public Reading of Shizue Ogawa’s Poems. (As part of 2005 EU-Japan Year of People-to-People Exchanges, Cultural and Information Center of the Embassy of Japan in Brussels). (Konan City, Japan: Ed. Bosco Music, 2005). 35 p. Traduit par Donna Tamaki et Shizue Ogawa. ISBN 978-4-904625-14-9.

    CDs (trilingue et bilingue)
    A Soul at Play. Voices From Three Continents / Une Âme qui joue. Voix de trois continents.  (Konan City, Japon : Ed. Tokyo Kashimura Office, 2017). Deux CD hors commerce accompagnés d’un livret de 99 p. Poèmes choisis par Shizue Ogawa édités et traduits en anglais par Shizue Ogawa, Soraya Umewaka, et Anna Clark. Traduction française par Alice-Catherine Carls. Accompagnement musical exécuté par Elaine Harriss. ISBN 978-4-904625-11-8.
    White-Tailed Dragonflies – Lessons from a Children’s Haiku Class. (Konan City, Japan: Ed. Soraya Umewaka Tokyo, 2012). Produced by Shizue Ogawa. Filmed by Soraya Umewaka.

    Water – A Soul at Play I (Konan City, Japan: Ed. Maruzen Kyoto, 1999). 158 p. Translated by Donna Tamaki and Shizue Ogawa. ISBN 978-4-944229-75-8. Poems read by Shizue Ogawa and Donna Tamaki.
    Livres bilingues japonais-français
    Une âme qui joue. La plaine. (France : Ed. Caractères 2019). 148 p. Traduit par Nicolas Bruneteau, avec calligraphies et peintures de Mariko Beltrando-Assaï. ISBN 978-2-85446-630-0.
    Une âme qui joue. Les ailes. (France : Ed. Caractères, 2017). 127 p. Traduits et présentés par Corinne Atlan, avec aquarelles de Hanako Ninomiya. ISBN 978-2-85446-578-5.
    Une âme qui joue. Le cercle (France: Ed. Caractères, 2014). Nouvelle édition augmentée. 121 p. Traduit du japonais par Véronique Brindeau. Présentation par Mitsuo Ida, avec dessins de l’auteur. ISBN 978-2-85446-517-4.
    Une âme qui joue. Le cercle (France: Ed. Caractères, 2012).115 p. Traduit du japonais par Véronique Brindeau. Présentation par Mitsuo Ida, avec dessins de l’auteur. ISBN 978-2-85446-497-9.
    Une âme qui joue. L’embarras, la tranquillité, l’amour. (Konan City, Japan: Editions Iwanami Publishing Service Center, 2012). 105 p. Traduction de l’anglais par Michèle Duclos et Jacqueline Starer et du japonais par Véronique Brindeau. Introduction de Michèle Duclos. ISBN 978-4-904625-03-3.
    Une âme qui joue. Choix de poèmes. (Belgique : Éditions À bouche perdue, Collection Pangée, 2010 et 2011).  177 p. Traduit par Michèle Duclos et Jacqueline Starer à partir de la traduction anglaise de Donna Tamaki, Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-2-9600953-1-9.
    Livres bilingues japonais-allemand

    One hundred poems by Shizue Ogawa with facing translations into German chosen and introduced by Brian Keith-Smith. (New York: Edwin Mellen Press, 2019). Traduction anglaise de Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. Traduction allemande de Brian Keith-Smith. ISBN 978-1-4955-0775-5  

    Livres bilingues japonais-roumain

    Un Suflet la Joacă ─ Cercul (A Soul at Play). (Romania: Ed. Artpress, 2019). Translation Manolita Dragomir- Filimonescu, avec des peintures de Shizue Ogawa. 100 pages. Introductions de Adrian Dinu Rachieru et Manolita Dragomir- Filimonescu. ISBN 978-973-108-899-0.

    Un suflet la Joaca (A Soul at Play). (Romania: Ed. Artpress, 2015). Translation Manolita Dragomir- Filimonescu, avec des peintures de Shizue Ogawa.196 pages. Introductions de Adrian Dinu Rachieru et Manolita Dragomir- Filimonescu. ISBN 978-973-108-665-1.

    Grădina de Piatră (Romania: Ed. Europa, 2007). 63 p. Traduit par Ion Deaconescu et Cătălina. Georgescu. ISBN 973-87280-6-2.
    Livres trilingues, japonais, anglais, français
    A Soul at Play -- Ten Landscapes Une âme qui joue  ̶  Dix paysages (France : Ed. Transignum, 2019). 40 p. Traduit par Soraya Umewaka, Shizue Ogawa et Jacques Rancourt. Livre illustré comportant dix poèmes de Shizue Ogawa et dix cyanotypes originaux de Guin’Amant.
    Une âme qui joue. La forme. (France : Ed. Caractères 2018). 167 p. Poèmes traduits en français par Justine Decroix, Alexia Gille, Yacine Youhat et en anglais par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. ISBN 978-2-85446-611-9.
    Le Train (France : Ed. Transignum, 2016), 42 p. Traduction anglaise de Soraya Umewaka. Traduction française à partir de de l’anglais par Jacques Rancourt. Illustrations par Wanda Mihuleac.
    Une âme qui joue. L’horizon (France : Ed. Caractères, 2015). 181 p. Traduction anglaise de Soraya Umewaka et Shizue Ogawa. Traduction française à partir de de l’anglais et présentation par Michèle Duclos, avec dessins de l’auteur.
    Anthologies

    “Summer Reading Gathering.” Anthology of the 8th World Haiku Association Conference, 2015. Traduction par Soraya Umekawa et Shizue Ogawa.
    Revues francophones
    Des dossiers souvent thématiques accompagnés de ses poèmes, des recensions, et des articles analytiques lui sont régulièrement consacrés dans des revues en Belgique, France, Irlande, Espagne, Roumanie, Finlande, au Japon, au Canada, et aux Etats-Unis. Plusieurs traducteurs / traductrices et essayistes ont préparé ces dossiers, dont Alice-Catherine Carls, Rome Deguergue, Michèle Duclos, Jacqueline Starer, Jacques Rancourt, Pilippe Mathy, Pierre Schroven, Kiyoko Ogawa et Hiroshi Mita.

    PO. (Japan). No. 149, 2013.
    Recours au Poème https://www.recoursaupoeme.fr  (7 juin 2014, 2 octobre 2016, 15 novembre 2018)
    Temporel, temporel.fr (Nos 1. 5, 13,14)
    La Revue des Ressources, https://www.larevuedesressources.org/shizue-ogawa-une-poete-japonaise-et-la-mort,2887.html (5 novembre 2015)
    World Literature Today https://www.worldliteraturetoday.org  (Mai 2012; Mai 2014)
    Écrivains (août 2008)
    Traversées (No. 61 2011 ; 64 2012 ; 68  2013 ; 82 2016)
    Le Journal des Poètes, 2006/3 ; 2007/4 ; 2008/3 ; 2011/4; 2017/4; 2018/4
    Pangée / Maison Internationale de la Poésie Arthur Haulot (Belgique), 2010, No. 1.
    Poésie/première (n°42, nov. 2008)
    Phoenix (No. 13, 2014)
    La Traductière (chaque numéro depuis 2012)

    Revues étrangères :

    Kivipuutarha” et quatre autres poèmes. Kansainvälinen runoilta, et dans LIWRE, No. 27, 2015. Traduction en finlandais par Mayu Saaritsa. Version anglaise par Soraya Umewaka et Shizue Ogawa.

    “En shäl som leker” et “Vi besteg berget Mikami!” Ny Tid. 2014. Traduction suédoise de Henrika Ringbom.

    “Tomattipelto,” “The Rice Bowl,” and three other poems. LIWER No. 26, 2013. Traduction en finlandais par Riina Katajavuori et Taina Helkamo. Traduction anglaise par Donna Tamaki, Soraya Umewaka, et Shizue Ogawa.

    “Risikulho” et quatre autres poèmes. Kanssainvälinen runoilta, 2013. Traduction en finlandais de R. Katajavuori et Taina Helkamo. Version anglaise par Donna Tamaki, Soraya Umewaka, and Shizue Ogawa.

    “Enlaces ferroviarios.” Álora – La Bien Cercada (No. 30, 2013). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Mère” et deux autres poèmes. Thomasdretart, 2012. Traduction croate de T. Dretar.

    “La rana regresará con amigos.” Álora – La Bien Cercada (No. 29, 2012). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Tomatiipelto” Kirjailija (No. 4, 2011). Traduction finlandaise de Riina Katajavuori.

    “Final de dia.” Álora – La Bien Cercada (No. 28, 2011). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Miel.” Álora – La Bien Cercada (No. 27, 2010). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Water” et deux autres poèmes publiés dans la traduction en coréen de Han Sung Rea dans Korean Poetry Magazine (No. 33, 2009) et dans la revue coréenne (No. 42, 2009).

    “Agua.” La haja azul en blanco (No. 13, 2009). Traduction espagnole de Isabel Miguel.


    “Como un Violín” Álora― La Bien Cercada (No. 25, 2008). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Le Puits” Archers (No. 14, 2008). Traduction française de Rose-Marie François.

    “After Winter’s Passage the bounteous soil of sin” publié en japonais. Poetry and Thought, avril 2009.

    “Guantes en primavera.” Álora – La Bien Cercada (No. 24, 2007). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “Los caballos lloran también”. Álora – La Bien Cercada (No. 23, 2006). Traduction espagnole de Isabel Miguel.

    “The Angry Tree” (japonais-anglais). Contemporary Poetry from Japan, Over the Oceans No. 2, 2002. Traduction par Donna Tamaki et Shizue Ogawa.

    Essais, Articles, Films

    “Haiku in French and English-speaking Countries – Canada, Belgium, France, Ireland.” Collected Speeches for the 8th World Haiku Association Conference, 2015.

    “Statue.” Court-métrage réalisé par T. Felix, NicAmy et N. Sandanassamy. 2015.

    “La Balançoire.” Court-métrage réalisé par S. Methapisit. 2014.

    “Etreindre le vide.” Court-métrage réalisé par S. Methapisit. 2013.

    “Des ‘poèmes que je suis’ aux ‘poèmes que nous sommes.” La Traductière, No. 31, 2013. Traduction française de Masami Shimaoka et Anna Ayanoglou.

    “Une rencontre poétique en été.” Court-métrage réalisé par S. Methapisit. 2012.

    “Secrets de l’univers.” La Traductière, No. 30, 2012. Traduction française de Masami Shimaoka et Anna Ayanoglou.

    “All of Us Are Poets.” Shikai, No. 259, 2012. Version japonaise.

    La Voix de M. Temple. Deux court-métrages réalisés par Philippe Fabian et Nijolė Valadkevičiute. 2011.

    “Keats and Milton – Concerning Hyperion.” Festschrift in celebration of the 80th birthday of Professor Sueno Takiyama, 1990.

    Plusieurs articles sur la poésie anglaise publiés dans Asphodel (revue de l’English Literary Society of Doshisha Women’s College de 1981 à 1989 (Nos 15-23), en 1991 (No. 25), de 1995 à 1998 (No. 30-33), et de 2002 à 2003 (Nos. 37-38).

    Conférences et festivals de poésie (invitee et invitee d’honneur)

    Maison de la Culture du Japon, Paris, 2015. 8th World Haiku Association Conference. 2015.
    Lahti International Writers’ Reunion, Finland. 2013, 2014.
    Marché de la Poésie. Paris. France. 2009-2019.
    Salon du livre, Paris. France. 2012.
    Festival International de Poésie, Trois-Rivières, Canada. 2011.
    Festival franco-anglais de poésie, Paris. France. 2011, 2012, 2013, 2014, 2015.
    International Festival, Gerard Manley Hopkins Society, Irlande. 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2013, 2014, 2015, 2016, 2018, 2019.
    Biennale de Poésie de Liège, Belgique. 2005, 2007, 2010, 2012.
    Ambassade du Japon à Bruxelles, Belgique. 2005.
    Déjeuner des poètes, Paris. France. 2006, 2007, 2008, 2009, 2010.

    De nombreuses présentations à des festivals de poésie, rencontres universitaires, et événements culturels depuis plus de vingt ans au Japon, en Europe, et sur le continent nord-américain.

    Prix et Distinctions

    2014 Gerard Manley Hopkins Society Award (Irlande)
    2011 Antonio Viccaro Prize (Canada)
    1963 Grand Prix de l’Exposition national Sakura Pastel Crayon Art (Japon)

    Elle inspire des artistes plastiques et des musiciens européens et canadiens qui composent des œuvres sur ses poèmes (vidéos, peintures, calligraphies, tapisseries, Noh, compositions musicales). Parmi ces artistes, Katherine Louineau, Ivan Sigg, Eric Meyer, Raija Koskinen, Philippe Fabian, Liliane Safir, Augusta de Schucani, François Bousch, Kayoko Hirota, Masae Yoshino, et Miho Yamada.

    Elle a été traduite en anglais, français, croate, roumain, finlandais, grec, hongrois, gaélique, suédois, espagnol, allemande, italien et coréen. Elle est l’invitée d’émissions radiophoniques et télévision dans plusieurs pays.

     

    Prix Ovide

    Présentation de Shizue Ogawa pour le Prix Ovide 2020

     par Alice-Catherine Carls

     Je fis connaissance de Shizue Ogawa à l’automne de 2005, à la Biennale de Liège où m’avait invitée le très regretté Jean-Luc Wauthier. Elle y avait été invitée par un vote unanime du comité de la Biennale, ce qui n’est pas chose fréquente. Elle attirait déjà de nombreux admirateurs, dont deux qui devaient la faire connaître sur notre continent: Michèle Duclos et Rome Deguergue, qui devaient d’ailleurs aussi devenir associées à notre Cénacle. Mais nous le savions pas encore. Nous écoutions les très beaux poèmes de Shizue Ogawa, lus en japonais par elle-même et en anglais par sa traductrice, Donna Tamaki. Je repartis de la Biennale avec un précieux volume imprimé en bleu clair sur un papier magnifique. Bleu moins sucré que l’azur du ciel, moins profond que le bleu de l’espace, moins sableux que le ressac et moins acide qu’un lac de haute montagne; un bleu transparent,  annonciateur, une vigie à la frontière entre les bleus. Ce fut alors que l’art de la forme, qui me manquait, commença à m’enseigner sa délicatesse et sa rigueur. Car la poésie de Shizue Ogawa nous apprend autant par la forme que par le fond. En nous contant tout des histoires simples, elle nous fait imperceptiblement franchir les limites du réel et nous révèle le pouvoir étonnant de son Verbe où chaque mot est pesé pour sa profondeur palimpsestique. Et pourtant, Shizue Ogawa écrit des poèmes très facilement, ils jaillissent d’elle comme sa respiration; substance de vie qui transforme le quotidien en art, ils prennent leur source dans un équilibre fondamental de l’âme, dans une sagesse zen qui est merveilleusement dite dans le poème “Les Airs bohémiens en mode zen”:

    Les Airs bohémiens en mode zen

    La méditation

    sur le passé

    et les rêves

    kaléidoscopiques

    est un ballet immobile

    qui consigne

    au silence

    le corps

    rebelle.

     

    La flamme

    trace un parfum

    à la verticale.

    Pensif, le prêtre zen

    étage les instants

    qui l’ont précédé.

    Il médite

    en figeant la danse

    de la liberté.

     

    Cruels

    les Airs bohémiens

    le privent

    de son pouvoir.

    Yeux mis-clos,

    le prêtre arrête le temps

    et écoute l’encens

    de son origine

    jusqu’au dernier accord.

     

    Comme je ne connais pas le japonais, cela me prit plusieurs années avant que je n’ose traduire l’oeuvre de Shizue Ogawa. Je joignis la demi-douzaine de traductrices et traducteurs qui s’affairaient autour de son oeuvre, orchestrés par Shizue Ogawa qui choisissait elle-même la distribution de ses poèmes. Traduits en français, ils étaient lus en France, au Canada, et dans d’autres pays francophones. Trouvant la poésie de Shizue Ogawa très attachante, je me jetai à l’eau et fis l’expérience, qui était nouvelle pour moi, de passer par la version anglaise des poèmes. Car Shizue Ogawa fait traduite ses poèmes en anglais dès qu’ils sont écrits. Mon bilinguisme français-anglais me donnait un avantage non négligeable. Je publiai ainsi en français plusieurs poèmes que me confiait Shizue Ogawa, en les accompagnant chaque fois d’une introduction. Pendant ces années, notre amitié s’approfondissait au rythme des Biennales de Liège où nous nous retrouvions. En 2015 je lui suggérai de produire un CD de poèmes en japonais, anglais, et français, que je réalisai avec mes collègues universitaires aux États-Unis. Ce coffret contenant deux CD et un livret d’accompagnement parut en 2017; il a comme mission de promouvoir la paix et l’amitié entre trois continents, une mission qu’il est bon de rappeler régulièrement au monde.

    Récemment, je décidai de produire une bibliographie complète des oeuvres de Shizue Ogawa. Je fus époustouflée par l’ampleur de ses activités, que presque tout le monde ignore en raison de sa grande modestie. Elle a à son actif huit recueils bilingues japonais-anglais, sept recueils bilingues japonais-français, un recueil bilingue japonais-allemand, deux recueils bilingues japonais-roumain, un recueil roumain, et cinq recueils trilingues japonais-anglais-français. Quarante sélections de poèmes ont paru dans vingt-et une revues à travers le monde en traduction française, anglaise, finlandaise, suédoise, espagnole, coréenne, allemand, italien, et croate. La revue italienne Pianeta Poesia accueille désormais ses poèmes inédits; cet automne trois poèmes seront publiés par cet organe de l’Académie mondiale de poésie, dont la mission est de promouvoir la paix, tout comme Shizue Ogawa elle-même.

    Shizue Ogawa se rend régulièrement à des festivals de poésie au Canada, en Irlande, en Belgique, en Finlande, en Roumanie, et en France, où elle nous revient chaque an comme l’invitée du Marché de la Poésie. Il faut aussi signaler qu’elle fut invitée à lire ses poèmes au Salon du Livre en 2012 et en 2015 par la Maison du Japon à Paris à présenter ses poèmes; la même année, elle fit une communication à Tokyo à l’occasion de la huitième conférence mondiale sur le haïku. En 2017, elle fut fêtée à Paris lors du Festival du Livre du 5e arrondissement de Paris qui  onsacra une soirée de poésie à son oeuvre. Elle reçut le Prix Antonio Viccaro en 2011 au Festival des Trois-Rivières au Canada, et le Prix Gerard Manley Hopkins en 2014 en Irlande. Au Japon, outres ses volumes de poésie qui y sont régulièrement publiés, ses poèmes apparaissent depuis 2003 dans la revue Poésie et Pensée et elle a été anthologisée dans un recueil de rassemblant les poètes japonais entre 2007 et 2020.

    Patiemment, en observatrice minutieuse, Shizue Ogawa nous parle de son amour pour la terre et pour la nature; elle fait parler les animaux dans des fables touchantes qui souvent dénoncent les travers humains, mais toujours avec gentillesse. Son subtil sens d’humour ne cesse de surprendre, et les sentiments humains n’ont pas de secret pour elle. Enfin, elle illustre souvent ses oeuvres, car elle est également artiste. Ses poèmes, tout comme sa personne, s’effacent presque; qui les lit trop vite se prive de l’écho de leur sens profond, de la compagnie de cette voix si humaine qui prend délicatement possession de nos âmes. Dépouillés du superflu, les poèmes de Shizue Ogawa conservent l’essentiel pour nous faire voir la face cachée du monde et nous apprennent à nous recentrer, leçon essentielle dans notre monde imparfait.

    Passeuse inlassable de cultures, Shizue Ogawa établit des ponts importants entre l’Orient et l’Occident. Son amour et sa connaissance de la culture européenne littéraire, musicale, et artistique, s’intègrent parfaitement avec son rigoureux apprentissage des traditions littéraires japonaises. Elle excelle dans l’art du poème court, qui rappelle ces cadeaux d’amitié que se faisaient les Japonaises il y a des siècles sous forme d’une branche de cerisier en fleur accompagnée de quelques vers. En voici un exemple récent :

    Par un rouge matin d’été

     En ce rouge matin d’été

    Reçois ma rose

    Point ne dédaigne

    Cette unique fleur de rosée

     

    Le Cénacle européen de poésie, arts, et lettres, est très heureux de remettre aujourd’hui à Shizue Ogawa le Prix Ovide 2020 qui récompense le meilleur auteur étranger traduit en français, et très fier de la compter désormais parmi les amis du Cénacle.

    Alice-Catherine Carls

     

     Prix Ovide

     

    Remerciements de Shizue Ogawa

    pour le Prix Ovide

    décerné par le Cénacle européen de poésie, arts, et lettres

    le 24 octobre 2020

     

    Je remercie beaucoup Alice-Catherine Carls pour sa présentation et son amitié. Je suis honorée et enchantée de recevoir ce prestigieux Prix Ovide. Je désire également remercier chaleureusement les membres du jury du Cénacle européen.

     Depuis la publication de mes premiers poèmes en 1999, je les publie presque tous en deux ou trois langues. Je les écris en japonais. La traduction clarifie le sens de mes poèmes. Je considère souvent mes traductrices et traducteurs comme des co-auteurs.

     Permettez-moi d’évoquer ici les visages de toutes mes traductrices et de mes traducteurs. Tout d’abord, Donna Tamaki qui a assuré mes premières traductions en anglais, puis Soraya Umewaka, qui a pris la relève. Quant aux traductrices et traducteurs en français, allemand, et roumain, il faut compter Michèle Duclos, Jacqueline Starer, Alice-Catherine Carls, Jacques Rancourt, Brian Keith-Smith, Manolita Dragomir-Filimonescu, Cătălina Georgescu, Ion Deaconescu, Véronique Brindeau, Corinne Atlan et Nicolas Bruneteau. Je partage ce Prix Ovide avec toutes et tous.

    Rome Deguergue a écrit de nombreux essais sur moi. Qu’elle soit ici remerciée pour son précieux appui. Je veux aussi remercier de tout coeur le regretté Jean-Luc Wauthier qui m’introduisit aux poètes francophones à la Biennale de Liège en 2005 et ouvrit de nombreuses portes pour moi. S’il était toujours en vie, je suis sûre que l’annonce de ce prix lui aurait fait très plaisir. 

    Alice-Catherine Carls a rassemblé et organisé chronologiquement ma production et mes activités littéraires qui vont de mes articles de recherche à mes oeuvres en poésie et en prose. Je sais que cela a été pour elle un travail considérable. Lorsque je reçus la bibliographie préparée par ses soins, je fus très émue de voir ressurgir toutes mes oeuvres littéraires; cela me fit réaliser que le passé a une vie indépendante.

    Enfin, je voudrais partager avec vous le court poème qu’Alice-Catherine Carls vient de lire dans sa traduction française. Je vais le lire en japonais, puis dans la version anglaise de Soraya Umewaka.